La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 811,40
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 094,30
    -98,00 (-0,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Ukraine: Pour Alex Karp, le patron gourou de Palantir, le risque nucléaire est sous-évalué

Le cofondateur et patron charismatique du logiciel Palantir, largement utilisé par les services de renseignements, estime que le monde sous-estime "de manière considérable" la menace d’un conflit nucléaire en Europe de l’Est. L'action Palantir s'est effondrée de plus de 20% le jour de la publication de la "lettre aux actionnaires" d'Alex Karp.

a fondé en 2003 avec Peter Thiel la société , un logiciel d'analyse de données qu'utilise nombre de services de renseignement, notamment américains. L'entreprise est d'ailleurs réputée comme étant proche de la CIA. Lundi 9 mai, après la publication de ses résultats trimestriels considérés comme très décevants par Wall Street, le titre s'est effondré de plus de 20%, sachant que la capitalisation boursière reste tout de même de 15 milliards de dollars. Le milliardaire, considéré comme l'un des hommes les plus influents du monde, a publié à cette occasion une "lettre aux actionnaires" où il analyse la situation géopolitique et revient sur sa stratégie. En voici des extraits, (les fautes font partie de la version diffusée par l'entreprise).

Risque d'un conflit nucléaire

"Le mouvement de l’histoire est souvent discontinu, et l’absence de conflit global depuis plus d’un demi siècle, nous laissent seulement une ou deux générations pour qui le souvenir d’une guerre totale est encore présent. Une pandémie globale, ainsi qu’une guerre en Europe de l’Est, ont désormais fait voler en éclat nos illusions collectives de stabilité et paix perpétuelle. Le monde sous-estime de manière considérable la menace d’un conflit nucléaire en Europe de l’Est. Le désir d’intervenir est compréhensible mais, à la lumière du risque d’escalade qui existe, il se doit d’être ciblé et stratégique."

La guerre n'est qu'une négociation

"La guerre est elle-même une longue négociation avec un opposant lourdement armé. En matière de politique intérieur comme de relations internationales, si l’on veut triompher sur le long terme, il faut savoir adopter l’esprit, comme les buts de son adversaire."

Il y a mieux à faire que le métavers

"Certaines des plus grandes entreprises de la Silicon Valley s’efforcent de construire des logiciels pour des réalités alternatives, intriquées et sophistiquées. Les intérêts propres, comme les ambitions personnelles des élites technocratiques des États-Unis d’Amérique, repr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi