Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 095,01
    -316,20 (-0,80 %)
     
  • Nasdaq

    17 701,75
    +204,93 (+1,17 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,0719
    -0,0017 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 694,87
    +1 919,10 (+3,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 285,06
    +35,94 (+2,88 %)
     
  • S&P 500

    5 465,13
    +17,26 (+0,32 %)
     

UE : les 5 points à retenir du discours de von der Leyen

Ursula von der Leyen a prononcé mercredi devant le Parlement européen son discours sur l'État de l'Union.  - Credit:FREDERICK FLORIN / AFP
Ursula von der Leyen a prononcé mercredi devant le Parlement européen son discours sur l'État de l'Union. - Credit:FREDERICK FLORIN / AFP

Il n'y avait pas d'énormes surprises dans ce discours sur l'état de l'Union. La présidente Ursula von der Leyen invite l'Europe à « répondre à l'appel de l'histoire ». Dans les trois cents jours qui nous séparent des élections européennes de juin 2024, la tâche est encore importante : finir la négociation du pacte migratoire, achever le chantier législatif du « Pacte vert », décider rapidement d'une révision budgétaire pour soutenir l'Ukraine (50 milliards d'euros), les technologies propres, la gestion des frontières… Sans compter la prise en compte des enjeux éthiques et industriels de l'intelligence artificielle, la lutte contre l'inflation, la réforme du marché de l'électricité et la gouvernance économique de l'Europe (les critères de Maastricht).

Ursula von der Leyen annonce, du reste, que la Commission organisera « une conférence internationale sur la lutte contre le trafic de migrants ». Pourquoi y penser si tard alors que les flux sont intenses depuis la crise syrienne de 2015 ?
Voici les points forts à retenir de son discours.

1. Ne pas opposer compétitivité et « Pacte vert »

Dans l'esprit de la présidente de la Commission, l'énorme train de mesures pour lutter contre le réchauffement climatique n'est pas antinomique d'une amélioration de la compétitivité européenne. Elle ne se renie pas. Au contraire, si l'Europe doit rester dans la course, c'est parce qu'elle sera en mesure d'innover dans les « technologies propres ». « Au cours des cinq dernières a [...] Lire la suite