La bourse ferme dans 7 h 11 min
  • CAC 40

    6 592,01
    +22,06 (+0,34 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 804,74
    +15,12 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 912,44
    +151,39 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0150
    -0,0014 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    1 790,30
    -7,80 (-0,43 %)
     
  • BTC-EUR

    23 674,08
    -127,37 (-0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    569,82
    -20,95 (-3,55 %)
     
  • Pétrole WTI

    88,01
    -1,40 (-1,57 %)
     
  • DAX

    13 877,04
    +60,43 (+0,44 %)
     
  • FTSE 100

    7 532,28
    +23,13 (+0,31 %)
     
  • Nasdaq

    13 128,05
    +80,87 (+0,62 %)
     
  • S&P 500

    4 297,14
    +16,99 (+0,40 %)
     
  • Nikkei 225

    28 868,91
    -2,87 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    19 805,22
    -235,64 (-1,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2043
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Uber files : un syndicat de taxis porte plainte contre Emmanuel Macron

"Il faut qu'il y ait une enquête parlementaire voire une action en justice", affirmait Rachid Boudjema, le président de l'Union nationale des taxis (UNT), l'un des principaux syndicats de chauffeurs de taxi, au lendemain de la révélation des "Uber Files". L'organisation syndicale serait désormais sur le point de porter plainte contre Emmanuel Macron pour "trafic d'influence" et "prise illégale d'intérêt", explique La Dépêche ce mercredi 20 juillet. "L'implication active et assumée de l'ancien ministre de l'Economie et des Finances dans l'implantation en France de la société de VTC Uber, a suscité une profonde indignation au sein de l'ensemble de la profession de taxi", a expliqué le président du syndicat à nos confrères.

Lors de son interview du 14 juillet, le chef de l'Etat avait maintenu qu'en œuvrant pour qu'Uber puisse s'implanter sur le territoire, il avait créé des milliers d'emplois. Trois jours plus tôt, les Uber Files, une enquête internationale dans laquelle a travaillé Le Monde, avait conclu à l'existence d'un deal entre Uber et Emmanuel Macron, lorsqu'il était ministre de l'Economie. Ce dernier aurait permis à Uber de consolider ses positions en France, et de s'implanter sur un marché sur lequel les taxis disposaient d'un monopole.

"Cette relation privilégiée ou communément appelée 'le deal' entre Uber et l'ancien ministre, a indéniablement dérégulé la réglementation des exploitants de taxis", a déploré l'UNT. Non seulement Uber a signé la perte de chiffre d'affaires (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Dassault Aviation dévoile des prises de commandes "exceptionnelles"
Publicis se félicite de résultats "historiques" au premier semestre
CAC 40 : la Bourse de Paris attendue proche de l'équilibre avant la réunion de la BCE
Thales atteint un niveau de commandes record au premier semestre avec le Rafale
Just Eat Takeaway pourrait se séparer de dizaines de livreurs en France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles