La bourse ferme dans 5 h 14 min
  • CAC 40

    5 600,46
    -11,23 (-0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 590,47
    -9,08 (-0,25 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2074
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 832,50
    +2,60 (+0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    29 774,60
    -108,91 (-0,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    696,84
    -38,30 (-5,21 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,36
    0,00 (0,00 %)
     
  • DAX

    13 795,03
    +7,30 (+0,05 %)
     
  • FTSE 100

    6 727,89
    -7,82 (-0,12 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,3545
    -0,0038 (-0,28 %)
     

Twitter supprime 70 000 comptes liés à la mouvance conspirationniste pro-Trump QAnon

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

Twitter enfonce le clou. Le réseau social a annoncé dans la nuit du lundi au mardi 12 janvier avoir "suspendu de façon permanente" 70 000 comptes affiliés à la mouvance conspirationniste pro-Trump QAnon depuis vendredi, pour les empêcher d'utiliser le réseau social à des fins violentes comme pour les émeutes à Washington la semaine dernière.

"Ces comptes partageaient des contenus dangereux, associés à QAnon, à grande échelle", a expliqué Twitter dans un communiqué, précisant que de nombreux individus possédaient plusieurs profils.

La plateforme a entrepris une purge qui a commencé vendredi avec le blocage définitif du compte du président américain, accusé d'avoir encouragé ses partisans à perturber la certification de la victoire du démocrate Joe Biden par le Congrès.

Les géants du numérique ne laissent plus faire

Cette tendance est largement suivie par les acteurs les plus importants du numérique. Plus tôt dans la journée, Amazon avait a expulsé Parler de ses serveurs. Le géant des technologies reproche au réseau social, prisé des adeptes de QAnon et d'autres partisans du président sortant, d'avoir laissé proliférer des messages problématiques après l'assaut sur le Capitole.

Ce n'est pas la première fois les réseaux tentent de contenir ces conspirationistes. Début (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi