La bourse ferme dans 6 h 50 min
  • CAC 40

    5 801,38
    +18,73 (+0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 684,35
    +14,81 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    31 496,30
    +572,20 (+1,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,1874
    -0,0051 (-0,43 %)
     
  • Gold future

    1 686,80
    -11,70 (-0,69 %)
     
  • BTC-EUR

    41 823,55
    -1 075,36 (-2,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 002,25
    +59,08 (+6,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    66,24
    +0,15 (+0,23 %)
     
  • DAX

    14 003,94
    +83,25 (+0,60 %)
     
  • FTSE 100

    6 620,27
    -10,25 (-0,15 %)
     
  • Nasdaq

    12 920,15
    +196,65 (+1,55 %)
     
  • S&P 500

    3 841,94
    +73,47 (+1,95 %)
     
  • Nikkei 225

    28 743,25
    -121,07 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    28 540,83
    -557,46 (-1,92 %)
     
  • GBP/USD

    1,3821
    -0,0007 (-0,05 %)
     

Twitter lance Birdwatch, un outil pour lutter contre la désinformation aux États-Unis

·2 min de lecture
Twitter lance Birdwatch, un outil pour lutter contre la désinformation aux États-Unis

Twitter ne veut plus assumer seul le rôle d'arbitre de la vérité. Le réseau social a lancé lundi 25 janvier un nouvel outil de lutte contre la désinformation faisant directement appel aux utilisateurs, deux semaines après avoir banni Donald Trump de sa plateforme, une décision qui a mis en exergue son pouvoir en termes de régulation de la liberté d'expression. Birdwatch ("surveiller les oiseaux") doit permettre aux personnes volontaires, aux États-Unis, de signaler des messages et d'y ajouter des notes de contexte qui seront lisibles uniquement sur un site séparé dans un premier temps.

"Notre objectif est de rendre ces notes visibles directement en-dessous des tweets pour le public mondial de Twitter, quand il y aura un consensus au sein d'une base de collaborateurs large et diverse", a précisé Keith Coleman, un vice-président de l'entreprise, dans un communiqué. D'après une enquête préliminaire menée par Twitter, "les usagers apprécient que les notes viennent de la communauté (plutôt que de l'autorité centrale de Twitter), et le fait que les notes apportent du contexte pour les aider à comprendre et évaluer un tweet (plutôt que de se concentrer sur des étiquettes comme 'vrai' ou 'faux')", a-t-il ajouté.

À lire aussi — Jack Dorsey, le patron de Twitter, sort de son silence après avoir banni Trump de son réseau

La société basée à San Francisco a récemment pris l'une des mesures les plus radicales et controversées de son histoire en suspendant l'ancien président américain Donald Trump pour avoir incité à la violence lors des émeutes du Capitole le 6 janvier.

La semaine dernière, le fondateur et patron de Twitter Jack Dorsey a fait part de ses questionnements sur le sujet. Il estime que la décision était la "bonne", mais constituait un "échec de notre part à promouvoir une conversation saine".

"Cela établit un précédent qui me semble dangereux : le pouvoir qu'un individu ou une entreprise a sur une partie de la conversation publique mondiale", a-t-il admis dans un monologue (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les manettes de la Nintendo Switch dans le viseur de plusieurs associations européennes
Elon Musk se dit 'super motivé' pour lutter contre le changement climatique avec Joe Biden
Luttes fratricides et querelles d'ego : voici 11 rivalités entre les stars de la tech
Microsoft a breveté un chatbot qui pourrait reproduire un être cher décédé ou une célébrité
SpaceX a envoyé 143 satellites dans l'espace, un record