La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 541,28
    -405,82 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 019,88
    -220,06 (-1,96 %)
     
  • Nikkei 225

    27 885,87
    +65,47 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0474
    -0,0023 (-0,22 %)
     
  • HANG SENG

    19 441,18
    -77,11 (-0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    16 182,48
    -248,84 (-1,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    399,07
    -2,73 (-0,68 %)
     
  • S&P 500

    3 936,51
    -62,33 (-1,56 %)
     

Twitter: L’Arcom "inquiète" pour le contrôle des contenus en ligne

Frederic J. BROWN, Constanza HEVIA / AFP

Le régulateur français des médias demande à Twitter de lui confirmer le 24 novembre au plus tard qu'elle est "en mesure de faire face aux obligations que la loi lui impose.

Depuis la restructuration de Twitter, les interrogations sont vastes dans l’entreprise. L'autorité de régulation du secteur de la communication numérique en France, a exprimé au réseau social sa "vive inquiétude" quant aux conséquences de la restructuration de l'entreprise depuis son rachat par Elon Musk sur sa capacité à honorer ses obligations légales.

Dans une lettre datée du 18 novembre, l'Arcom (Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique) dit s'inquiéter quant à "la capacité de Twitter à maintenir un environnement sûr pour les utilisateurs de son service". Pourquoi ? Depuis son rachat par Elon Musk pour 44 milliards de dollars (43,1 milliards d'euros environ), Twitter a licencié plus de la moitié de ses 7.500 salariés, soit 3.700 personnes, et s'est séparé d'"environ 75%" de ses prestataires. La firme à l'oiseau bleu a aussi réduit le nombre de ses sous-traitants. Le directeur général de la filiale française, Damien Viel, a lui-même annoncé son départ dans un tweet dimanche.

Twitter avait affirmé, dans un questionnaire publié par le CSA (prédécesseur de l'Arcom) l'an dernier, employer 1.867 personnes dédiées à "l'application de (ses) politiques et à la modération des contenus", soit "plus d'un tiers" de ses "effectifs mondiaux".

Twitter a jusqu'au 24 novembre pour confirmer qu'elle fait face à ses obligations à l'Arcom

L'Arcom ajoute avoir donc demandé à l'entreprise américaine de lui confirmer "au plus tard le 24 novembre" qu'elle est "en mesure de faire face aux obligations que la loi lui impose et de lui faire part de l'évolution à brève échéance des moyens humains et technologiques consacrés au respect de ces obligations".

Dans sa lettre, [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi