La bourse ferme dans 5 h 34 min
  • CAC 40

    5 600,73
    -10,96 (-0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 589,54
    -10,01 (-0,28 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2067
    -0,0017 (-0,14 %)
     
  • Gold future

    1 832,90
    +3,00 (+0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    30 060,38
    +176,86 (+0,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    703,63
    -31,52 (-4,29 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,27
    -0,09 (-0,17 %)
     
  • DAX

    13 782,19
    -5,54 (-0,04 %)
     
  • FTSE 100

    6 726,02
    -9,69 (-0,14 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,3544
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Twitter, Facebook, Google… Comment les géants d'internet ont réduit Donald Trump au silence depuis les violences au Capitole

franceinfo
·1 min de lecture

"Trop, c'est trop !" La phrase a été lâchée par le sénateur républicain Lindsey Graham devant ses pairs, jeudi 7 janvier, au lendemain de l'envahissement du Capitole à Washington par des partisans de Donald Trump. Ces scènes d'émeutes dans le temple de la démocratie américaine ont eu raison de ce soutien indéfectible du président américain.

La sentence pourrait aussi s'appliquer aux géants d'internet. Depuis quatre ans au moins, et le début du mandat de Donald Trump, Twitter comme Facebook sont critiqués pour ne pas en avoir fait assez contre les outrances et les "fake news" répandues par le président via leurs plateformes. L'envahissement du Congrès a fini par les pousser à sévir.

Trump suspendu pour une durée indéterminée sur Twitter…

Plus de photo de profil, plus de bannière, plus de biographie. Plus aucun tweet. Rien qu'un nom, @realDonaldTrump, et une page vide avec cette mention : "compte suspendu". Un coup terrible porté au président américain sur sa plateforme de prédilection.

Jusqu'à présent, Twitter signalait tout au plus d'un avertissement ou masquait les messages trompeurs ou outranciers de Donald Trump sur son compte personnel suivi par 88 millions d'abonnés. Mais mercredi soir, le réseau social a pour la première fois retiré des tweets du président. Il a également bloqué son compte pour douze heures, et menacé de le suspendre indéfiniment. Jeudi soir, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi