Marchés français ouverture 5 h 46 min
  • Dow Jones

    34 742,82
    -34,94 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 401,86
    -350,38 (-2,55 %)
     
  • Nikkei 225

    28 905,09
    -613,25 (-2,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2133
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 595,66
    -14,99 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    45 728,96
    -3 029,05 (-6,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 451,65
    -109,65 (-7,02 %)
     
  • S&P 500

    4 188,43
    -44,17 (-1,04 %)
     

Un twerk de danseuses devant des chefs militaires : l'erreur de montage fait scandale en Australie

·4 min de lecture

La chaîne de télévision australienne ABC News, relatant l’inauguration d’un navire de la Marine à Sydney le 11 avril, a mélangé dans une vidéo publiée sur son site des images prises à deux moments différents. On y voit la chorégraphie d’une troupe de danseuses, entrecoupée de plans de plusieurs haut-gradés de l’armée, qui n’étaient pourtant pas présents au moment de la danse. Jugé irrespectueux sur la base de ce montage du média, le spectacle a entraîné un flots d’injures en ligne contre la troupe.

Une chaîne de télévision obligée de rétropédaler. En Australie, une vidéo publiée par ABC News sur son site ainsi que sur les réseaux sociaux montre la performance exécutée par une troupe de danse à l’occasion de l’inauguration du nouveau navire de la Marine australienne, le 11 avril. Les danseuses, vêtues de tenues moulantes, enchaînent des mouvements sexy, comme le "twerking" (fait de secouer les fesses).

On y voit plusieurs hauts dignitaires plutôt âgés assister, impassibles, voire perplexes, à cette représentation, alors même… qu’ils n’étaient pas présents.

"Montage trompeur"

Les danseuses ont été les premières à réagir, dans la foulée de la publication de la vidéo. Les 101 Doll Squadron, du nom de la troupe, ont publié - en "story" sur leurs réseaux sociaux - une déclaration dans laquelle elles dénoncent le "montage trompeur" réalisé par l’équipe de la chaîne. Ils contestent la chronologie suggérée par la vidéo, assurant s’être produits avant l’événement officiel et l’arrivée des chefs de la Marine.

"Ces deux plans consécutifs sont peut-être la chose la plus drôle qu'ABC ait jamais diffusée", chambre sur Twitter Cameron Wilson, un journaliste australien. Attaqués sur les réseaux sociaux pour leur chorégraphie jugée "irrespectueuse" et "sortie de son contexte", les danseuses ont affirmé se sentir "menacées", au point de supprimer leur page Facebook et passer leur compte Instagram en privé.

"Nous avons demandé à ABC des excuses publiques", a déclaré la directrice du 101 Doll Squadron, Maya Sheridan, auprès du Sydney Morning Herald. Une lettre a même été envoyée vendredi 16 avril à la chaîne, qui s’est contentée de présenter ses excuses aux responsables militaires, et non au groupe de danse.

Propos d’un député

Côté ABC News, en plus d’une mise à jour de la vidéo, un communiqué a été diffusé le 15 avril pour revenir sur cette affaire, rapidement qualifiée de "twerkgate" dans l’opinion publique australienne. "La vidéo n'aurait pas dû être montée de cette manière et l'ABC présente ses excuses au gouverneur général et au chef de la Marine, ainsi qu'aux téléspectateurs, pour cette erreur", indique le texte. Plusieurs journalistes de la chaîne, à l'image du présentateur Michael Rowland, ont par ailleurs regretté l'ampleur prise par la polémique.

L’inauguration du nouveau vaisseau, qui s’est tenue à Sydney, regroupait plusieurs haut-gradés de l’armée australienne. Dans la vidéo initiale, plusieurs plans de coupe suggéraient que le gouverneur général David Hurley, le chef de la marine Michael Noonan et le chef de la défense Angus Campbell avaient visionné la chorégraphie. "C'était inexact. Tandis que le chef de la Défense était présent, le gouverneur général et le chef de la Marine sont en fait arrivés après la représentation.", affirme le communiqué du média australien, une information confirmée par les deux intéressés.

Pour justifier son erreur, ABC évoque notamment des propos confiés à ses journalistes par un responsable politique. "Notre équipe de reportage a d'abord cru qu'ils étaient présents à la fois parce qu'ils étaient montrés dans les images de l'événement et parce qu'un député de la majorité avait dit qu'ils étaient présents", peut-on lire dans le communiqué.

"Shitshow" et "upskirting"

Le "twerkgate", du fait de la large couverture médiatique dont il a bénéficié, est remonté jusqu’au sommet de l’État. L’un des membres du gouvernement fédéral aurait qualifié le spectacle de "shitshow" - un événement mal organisé, pour adopter un langage plus soutenu. Quant au Premier ministre australien, Scott Morrison, il s’est dit "déçu" de la manière dont ABC a rendu compte de la cérémonie.

Au-delà de la vidéo en elle-même, le choix de faire intervenir une troupe de danseuses spécialisée en "dancehall" et "afrobeats" a concentré les critiques. Le ministre de la Défense, Peter Dutton, a révélé avoir réprimandé les organisateurs de l'inauguration. Une sénatrice ayant auparavant servi dans l'armée a, pour sa part, désigné cette décision comme un "choc absolu".

Les 101 Doll Squadron pointent des images tournées "sous des angles qui ne pouvaient pas être vus par le public" et équivalant à un "upskirting", le fait de soulever une jupe. ABC News nie, dans son communiqué, une couverture particulière accordée à la chorégraphie : les images ont été tournées "de manière standard, à partir du même point de vue que le reste de la cérémonie." La chaîne a néanmoins contacté la troupe, selon l’un de ses porte-paroles, en vue d’entrer en discussion autour de cette affaire.