Marchés français ouverture 3 h 50 min
  • Dow Jones

    29 823,92
    +185,32 (+0,63 %)
     
  • Nasdaq

    12 355,11
    +156,41 (+1,28 %)
     
  • Nikkei 225

    26 804,80
    +17,26 (+0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2086
    +0,0007 (+0,06 %)
     
  • HANG SENG

    26 554,08
    -13,60 (-0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    15 391,88
    -96,26 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    365,08
    -14,78 (-3,89 %)
     
  • S&P 500

    3 662,45
    +40,82 (+1,13 %)
     

En Turquie, le PSG va affronter le club préféré du président Erdogan

·1 min de lecture

Nommer le champion de Turquie? Longtemps, il n'y a eu que trois réponses possibles. Au printemps dernier, Basaksehir a damé le pion à Besiktas, Galatasaray et Fenerbahçe. Le quatrième club d'Istanbul, situé sur la rive européenne du Bosphore, possède un atout de taille : le soutien sans faille du président Recep Tayyip Erdogan. "C'est moi qui ai créé l'équipe lorsque j'étais à la mairie d'Istanbul", s'est vanté le leader turc à la télévision.

Ce n'est pas tout à fait vrai. Istanbul Basaksehir Futbol Kulübü a été fondé quatre ans avant le début de son mandat municipal en 1994. En revanche, il l'a toujours soutenu. "Le quartier était un bidonville dans les années 1990, rembobine l'universitaire Ayse Çavdar. Erdogan a décidé d'en faire un modèle pour les conservateurs et les islamistes et il a réussi." C'est désormais l'une des zones les plus riches de la mégapole aux 15 millions d'habitants.

Une histoire liée au pouvoir

Ancien footballeur semi-professionnel à Kasimpasa, un autre club d'Istanbul, le chef d'État a profité de l'inauguration du stade, en 2014, pour retaper dans un ballon. L'enceinte, qui porte le nom de l'entraîneur Fatih Terim, troisième de la Coupe du monde 2002 avec la sélection turque, a été bâtie par Kalyon, un groupe de BTP très lié au pouvoir. Le président actuel, Göksel Gümüsdag, a épousé la nièce de la première dame, Emine Erdogan, tandis que le président d'honneur est le ministre de la Culture et du To...


Lire la suite sur LeJDD