La bourse ferme dans 58 min
  • CAC 40

    5 577,47
    +58,92 (+1,07 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 525,65
    +33,11 (+0,95 %)
     
  • Dow Jones

    30 036,74
    +398,10 (+1,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,2018
    +0,0083 (+0,70 %)
     
  • Gold future

    1 811,80
    +30,90 (+1,74 %)
     
  • BTC-EUR

    16 112,82
    -138,19 (-0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    380,71
    +0,85 (+0,22 %)
     
  • Pétrole WTI

    44,72
    -0,62 (-1,37 %)
     
  • DAX

    13 395,73
    +104,57 (+0,79 %)
     
  • FTSE 100

    6 382,60
    +116,41 (+1,86 %)
     
  • Nasdaq

    12 321,63
    +122,89 (+1,01 %)
     
  • S&P 500

    3 670,74
    +49,11 (+1,36 %)
     
  • Nikkei 225

    26 787,54
    +353,92 (+1,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 567,68
    +226,19 (+0,86 %)
     
  • GBP/USD

    1,3356
    +0,0025 (+0,19 %)
     

Turquie : pourquoi Erdogan attaque Macron

·1 min de lecture

Le PSG et l’İstanbul Başakşehir vont-ils rejouer le match Erdogan-Macron ? Alors que les Parisiens doivent rencontrer ce soir le “FC Erdogan” à Istanbul, les accrochages se multiplient entre les deux chefs d'Etat. "Quel est le problème de cette personne qui s’appelle Macron avec les musulmans et l’islam? demandait le président turc dans une allocution télévisée samedi. Macron a besoin d’aller faire des examens de santé mentale". La réponse de la France n’a pas traîné : Paris a aussitôt rappelé son ambassadeur à Ankara, ce qui n’était plus arrivé depuis 1901. Le président turc a, depuis, appelé au boycott des produits français et dénoncé "une campagne de lynchage" contre les musulmans.

Une énième controverse qui braque à nouveau l’attention sur la Turquie, après la reconversion de la basilique Sainte-Sophie en mosquée, l’envoi de navires turcs dans les eaux grecs et chypriotes, ou le soutien d’Ankara aux mercenaires syriens dans le Haut-Karabakh. "Tout cela correspond à la volonté du pouvoir d’orienter l’attention du public vers des éléments extérieurs, pour que l’économique ne se retrouve pas sur le devant de la scène", explique Yohanan Benhaim, spécialiste de la politique étrangère turque et membre associé au Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (Cetobac). 

Le bilan économique du Reïs - le "chef" en turc - n’est en effet pas très flatteur : la lire turque a déjà dévissé de 25% face au dollar et le chômage s’élève à 14%. Or, c’est sur la promess...


Lire la suite sur LeJDD