La bourse ferme dans 3 h 31 min
  • CAC 40

    6 345,70
    +47,06 (+0,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 677,10
    +29,54 (+0,81 %)
     
  • Dow Jones

    32 120,28
    +191,66 (+0,60 %)
     
  • EUR/USD

    1,0707
    +0,0022 (+0,20 %)
     
  • Gold future

    1 842,00
    -4,30 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    27 150,05
    -526,11 (-1,90 %)
     
  • CMC Crypto 200

    634,81
    -36,19 (-5,39 %)
     
  • Pétrole WTI

    111,24
    +0,91 (+0,82 %)
     
  • DAX

    14 120,32
    +112,39 (+0,80 %)
     
  • FTSE 100

    7 520,96
    -1,79 (-0,02 %)
     
  • Nasdaq

    11 434,74
    +170,29 (+1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 978,73
    +37,25 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    26 604,84
    -72,96 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    20 116,20
    -55,07 (-0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,2593
    +0,0015 (+0,12 %)
     

Turquie: l'inflation frôle les 70%, caillou dans la chaussure d'Erdogan

L'inflation s'est envolée en Turquie à près de 70% sur un an en avril, pesant sur les ménages et sur les chances de réélection du président Recep Tayyip Erdogan (AFP/Adem ALTAN) (Adem ALTAN)

L'inflation s'est envolée en Turquie à près de 70% sur un an en avril, pesant sur les ménages et sur les chances de réélection du président Recep Tayyip Erdogan en 2023.

Les promesses du gouvernement et les baisses de TVA annoncées en début d'année sur les produits de première nécessité notamment n'y ont rien fait: les prix ont continué d'augmenter de 7,25% en avril, en plein ramadan, faisant culminer l'inflation à 69,97%, au plus haut depuis février 2002.

La hausse des prix à la consommation, continue sur les onze derniers mois, devient intenable: elle avait déjà dépassé 61% en mars en glissement annuel, conséquence de l'effondrement de la livre turque et de l'envol des cours de l'énergie.

Malgré les craintes de nouvelles hausses de prix liées à la guerre entre l'Ukraine et la Russie, d'où la Turquie importe énergie et céréales, la Banque centrale turque n'a pas pour le moment relevé ses taux d'intérêt, stables à 14% depuis fin 2021.

Le président Recep Tayyip Erdogan, qui estime à rebours des théories économiques classiques que les taux d'intérêt élevés favorisent l'inflation, avait contraint l'institution à abaisser son taux directeur de 19% à 14% entre septembre et décembre, entraînant une chute de la livre.

- "J'ai honte!" -

Sur le grand marché aux légumes de Bomonti, un quartier résidentiel d'Istanbul, les chalands avouent leur colère.

"Les gens ont faim! Moi j'ai honte quand je vais faire mes courses", renchérit Rita Ezel, retraitée. "AU 10 du mois, ma pension a déjà fondu".

"On est dans une situation désespérée", lâche Seckin Gozuyasli, une quinquagénaire qui accuse "la politique du gouvernement et les Syriens", allusion aux 3,6 millions de réfugiés syriens accueillis dans le pays.

L'inflation est au coeur des débats en Turquie, à quinze mois de l'élection présidentielle prévue en juin 2023, l'opposition accusant l'Office national des statistiques (Tüik) de sous-estimer sciemment son ampleur.

Un décalage qui n'échappe pas à Yuksel Cinar, vendeur de salades qui grommelle en rangeant son étal.

"Je travaille ici depuis 35 ans. On est quatre à travailler à la maison et on arrive à peine à rapporter le pain. Ces taux d'inflation.. je me demande comment ils les calculent... Ils devraient venir ici, voir comment ça se passe".

Des économistes turcs indépendants du Groupe de recherche sur l'inflation (Enag) ont affirmé jeudi matin que l'inflation atteignait en réalité 156,86% sur un an, plus de deux fois le taux officiel.

Malgré des sondages qui prédisent une élection serrée, M. Erdogan espère être reconduit en 2023, après deux décennies au poste de Premier ministre puis de président.

- "Embarrassant pour la Turquie" -

Le chef de l'Etat, qui avait promis en janvier de ramener l'inflation à un chiffre "le plus vite possible", a assuré la semaine dernière que celle-ci "commencera à ralentir après le mois de mai".

Une hyperinflation durable risquerait toutefois de nuire à la popularité du président, qui a bâti ses succès électoraux des deux dernières décennies sur ses promesses de prospérité.

La Banque centrale turque a elle aussi dû revoir la semaine passée à la hausse ses prévisions d'inflation pour la fin de l'année, estimant qu'elle se situerait à 42,8% - bien au-delà des 23,2% avancés jusque-là.

"Cela devient embarrassant pour la Turquie", a commenté Timothy Ash, analyste au cabinet BlueAsset Management et spécialiste de la Turquie. "Certes, il y a une hausse des prix de l'alimentation et de l'énergie, mais c'est aussi l'échec spectaculaire de la politique monétaire turque."

Pour Jason Tuvey, du cabinet londonien Capital Economics, l'inflation devrait continuer de croître dans les mois à venir, "rien n'indiqu[ant] que la Banque centrale de Turquie soit sur le point de relever ses taux d'intérêt".

La Turquie connaît une inflation à deux chiffres presque sans discontinuer depuis début 2017, mais n'avait jamais connu une telle hausse des prix à la consommation depuis l'arrivée au pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) du président Erdogan fin 2002.

rba-ach/pb

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles