Marchés français ouverture 4 h 22 min
  • Dow Jones

    35 756,88
    +15,73 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,71
    +9,01 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    28 946,96
    -159,05 (-0,55 %)
     
  • EUR/USD

    1,1602
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    25 651,56
    -386,71 (-1,49 %)
     
  • BTC-EUR

    52 196,83
    -2 395,23 (-4,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 468,07
    -37,08 (-2,46 %)
     
  • S&P 500

    4 574,79
    +8,31 (+0,18 %)
     

Tunisie: des manifestants contre "le coup d'Etat" du président Saied à Tunis

·2 min de lecture

Devant le théâtre municipal de Tunis, une foule compacte s'est massée en brandissant le drapeau tunisien et en clamant des slogans pour défendre la Constitution de 2014.

"La Constitution, la Constitution". Des centaines de personnes de tous horizons ont manifesté dimanche à Tunis pour dénoncer les mesures exceptionnelles décidées cette semaine par le président Kais Saied, dénonçant "un coup d'Etat" et une violation de la Loi fondamentale.

Devant le théatre municipal de Tunis, une foule compacte s'est massée, bien avant l'heure prévue (11H00 GMT), en brandissant le drapeau tunisien et en clamant des slogans pour défendre la Constitution de 2014.

"Constitution, liberté et dignité nationale", "la légitimité passe par le vote", "Unité, unité nationale contre le populisme", les manifestants, dont une forte proportion d'hommes, ont scandé des slogans appelant à la "fin du régime de Kais Saied".

Blindés, fourgons de police et barrières métalliques pour filtrer le passage d'une zone à une autre, les forces de sécurité étaient déployées en masse sur l'avenue Bourguiba qui traverse le coeur de la capitale.

Gel du Parlement

Mercredi, le président a fait publier au Journal officiel un texte qui se substitue à plusieurs chapitres de la Constitution, contenant "des mesures exceptionnelles". Celles-ci prolongent le gel du Parlement, lui permettent de légiférer par décret, de présider le conseil des ministres et d'édicter des lois dans tous les domaines.

Kais Saied, élu fin 2019, avait surpris le 25 juillet en annonçant qu'il limogeait le Premier ministre, suspendait les activités du Parlement et s'octroyait aussi le pouvoir judiciaire.

Après des mois de blocage politique et en pleine crise sanitaire du Covid-19 aggravant encore les difficultés économiques et sociales du pays, ce coup de force avait été accueilli par des scènes de liesse populaire.

Dimanche, les mots d'ordre lui étaient clairement(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles