Marchés français ouverture 55 min
  • Dow Jones

    29 683,74
    +548,75 (+1,88 %)
     
  • Nasdaq

    11 051,64
    +222,13 (+2,05 %)
     
  • Nikkei 225

    26 349,02
    +175,04 (+0,67 %)
     
  • EUR/USD

    0,9669
    -0,0070 (-0,72 %)
     
  • HANG SENG

    17 327,48
    +76,60 (+0,44 %)
     
  • BTC-EUR

    20 114,43
    +500,58 (+2,55 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,70
    +14,92 (+3,48 %)
     
  • S&P 500

    3 719,04
    +71,75 (+1,97 %)
     

Trump, Jennifer Lopez, Orlando Bloom... comment Miami est devenu le refuge des multimillionnaires américains

The Jills Zeder Group/1 Oak Studios

Financiers de Wall Street, pirates des cryptomonnaies, entrepreneurs de la Silicon Valley… La fine fleur de New York et de San Francisco déménage dans le sud de la Floride. A l'origine de cette ruée? Mille raisons, fiscales notamment.

Ils ont fui. Ce sont des réfugiés.

Ils parlent des trottoirs dont ils se sont échappés comme d'un enfer. "La criminalité, les SDF, les restrictions absurdes liées au Covid", lâche le premier.

"Une ville dont tous les quartiers craignent, située dans un Etat en faillite", renchérit l'autre, avant de préciser: "On nous regardait de travers, on ne nous aimait pas. Deux fois, la carrosserie de ma voiture a été rayée, ma femme se faisait harceler par des clodos quand elle jardinait." C'est bien simple, conclut-il, "la moitié de mes amis, là-bas, veut s'enfuir. L'autre l'a déjà fait".

Un impôt local à 0%

Marioupol? Mogadiscio? Non, San Francisco. Et nos deux réfugiés n'ont pas tout à fait le profil type. Le premier, Keith Rabois, est milliardaire. Il fait partie de la "mafia Pay-Pal", ce groupe de fondateurs de la plateforme de paiement qui comptait dans ses rangs Elon Musk, Peter Thiel, Reid Hoffman (LinkedIn) et quelques autres. Le second, Peter Yared, est un serial entrepreneur de la tech qui a créé sept start-up et revendu deux d'entre elles 200 millions de dollars pièce. Ces deux réfugiés en or massif et des milliers d'autres ont convergé vers le nouveau paradis des riches: Miami. Entrepreneurs de la Silicon Valley, financiers de Wall Street, pirates des cryptomonnaies… Ils ont fondu sur cette ville que l'on associait jus-qu'alors aux riches Sud-Américains, aux frasques de Miami Beach et aux collectionneurs d'art contemporain fortunés arpentant les travées de la foire Art Basel.

Lire aussi

A l'origine de cette ruée? Mille raisons, fiscales notamment: à San Francisco, en plus de l'impôt fédéral, ils devaient verser jusqu'à 13,3% de leur revenu à l'Etat californien, plus 1,5% à la ville. A New York, les montants sont similaires. A Miami? L'impôt local sur le revenu des sociétés, celui sur le revenu des personnes physiques dans l'Etat de Floride et le même à l'échelle du comté partagent le même taux: 0%!

Le bunker des milliardaires

Mais pour ces crésus, c'est plus qu'un[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi