Trump, Biden... Le Bitcoin s’invite dans la course à la Maison Blanche

sakhorn38 / Adobe Stock

Les élections de 2024 approchent aux Etats-Unis et la crypto reste un sujet d’actualité qu’on pourrait qualifier de « sensible », notamment depuis l’affaire FTX ou les récents rebondissements de la SEC.

Tandis que l’ancien président, Donald Trump, fustigeait d’un tweet les actifs numériques en 2019 et que d’autres le considèrent comme une classe d’actif à part entière (voire comme un moyen de lutte contre la censure), nous constatons une multiplication des prises de position, que ce soit sur l’écosystème en général, sa réglementation, son impact environnemental ou sa raison d’être.

L’actuel président, candidat à sa réélection, est bien connu de l’écosystème crypto pour ses attaques répétées. Sa feuille de route pour le budget 2024 vient d’être dévoilée et ne fera pas que des heureux : suppression des wash-sales (mécanisme permettant de bénéficier des moins-values d’un point de vue fiscal) et augmentation de l'impôt sur la plus-value font partie des mesures phares.

Il a également récemment proposé un projet de loi visant à taxer les sociétés de minage, à hauteur de 30% de leur consommation d’électricité. Bien que la consommation énergétique liée au minage soit indéniable, il n’en demeure pas moins que son impact est vivement remis en question, notamment lorsqu’on analyse la source d’électricité sélectionnée (énergies renouvelables dans 60% des cas, selon le très favorable rapport du Bitcoin Mining Council, lobby de mineurs) ou qu’on le compare au secteur financier traditionnel. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Est-il plus dangereux d’investir en crypto que dans la finance traditionnelle ?
Blockchain : serons-nous demain rétribués pour nos bonnes actions envers la planète ?
La blockchain peut-elle aider à la transition énergétique ?
Un bitcoin à 100.000 euros en 2024, c'est la prévision d'une très sérieuse banque britannique
Plush, le film d'animation promu par Kev Adams, fait perdre plus d'un million d'euros à 700 investisseurs