La bourse ferme dans 4 h 16 min
  • CAC 40

    5 564,60
    +72,45 (+1,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 500,82
    +37,78 (+1,09 %)
     
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1878
    +0,0032 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 809,80
    -28,00 (-1,52 %)
     
  • BTC-EUR

    15 993,64
    +412,51 (+2,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    375,33
    +13,90 (+3,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    43,40
    +0,34 (+0,79 %)
     
  • DAX

    13 252,71
    +125,74 (+0,96 %)
     
  • FTSE 100

    6 404,64
    +70,80 (+1,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    26 165,59
    +638,22 (+2,50 %)
     
  • HANG SENG

    26 588,20
    +102,00 (+0,39 %)
     
  • GBP/USD

    1,3345
    +0,0023 (+0,17 %)
     

Le trublion du BTP part à l’assaut des "smart cities"

·1 min de lecture

A Saint-Etienne-du-Grès (Bouches-du-Rhône), tout le monde connaît NGE (Nouvelles Générations d'entrepreneurs). Le quatrième groupe de travaux publics français est resté attaché à son berceau provençal quand l'entreprise fondée en 1947 s'appelait Guintoli et n'était qu'une PME communale nichée au milieu des vignes et des oliviers près d'Arles. Aujourd'hui, son capital est détenu à 80% par ses dirigeants et ses quelque 13.000 salariés, et pour le solde par Crédit mutuel Equity.

Méconnu, NGE campe désormais en challenger des trois majors du BTP, Vinci, Bouygues et Eiffage, et s'offre même le luxe d'afficher la plus belle croissance du secteur. En 2019, son chiffre d'affaires - de 2,5 milliards d'euros - a augmenté de 23%, avec vingt mois d'activité assurés. Et la crise sanitaire n'a jusqu'ici pas brisé son élan.

"

30% du chiffre d'affaires que nous avons engrangé l'an dernier provient de métiers qui n'existaient pas chez nous il y a cinq ans

"

"Nous sommes restés des entrepreneurs, 30% du chiffre d'affaires que nous avons engrangé l'an dernier provient de métiers qui n'existaient pas chez nous il y a cinq ans", éclaire son président, Antoine Metzger. "Dans les années 1970, on fabriquait des centrales et des barrages ; dans les années 1980, on travaillait sur les autoroutes et les lignes TGV ; aujourd'hui, on croît grâce à la fibre optique et grâce aux tunnels et aux lignes de métro du Grand Paris", développe le dirigeant, qui officialise ce lundi, malgré le reconfinement, le lanc...


Lire la suite sur LeJDD