Publicité
Marchés français ouverture 13 min
  • Dow Jones

    38 834,86
    +56,76 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    17 862,23
    +5,21 (+0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    38 570,76
    +88,65 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0734
    -0,0009 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 361,05
    +445,50 (+2,49 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 070,46
    -16,61 (-0,03 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 350,91
    +13,15 (+0,98 %)
     
  • S&P 500

    5 487,03
    +13,80 (+0,25 %)
     

Un trou noir glouton grignote une étoile dans une galaxie voisine

Une étoile similaire au Soleil en orbite proche d'un trou noir central  est progressivement vidée par ce dernier et perd l'équivalent de trois masses terrestres à chaque passage.

C'est un flash lumineux de rayons X provenant du centre d'une galaxie située à 500 millions d'années-lumière qui a mis la puce à l'oreille des astronomes. Voulant en savoir davantage, ils ont programmé des observations du phénomène aperçu par le télescope SWIFT de la Nasa. L'engin a donc continué de scruter la zone mais, contrairement à ce qui était attendu, le signal (baptisé SwJ0230 ) n'a pas lentement décru : il est resté brillant pendant 7 à 10 jours, s'est interrompu pour finalement réapparaître au bout de 25 jours ; il poursuit depuis ce cycle. La structure du phénomène est similaire à ce que les spécialistes nomment une éruption quasi-périodique.

De la matière arrachée

Des analyses poussées, menées par les astronomes de l'Université de Leicester, en Angleterre, ont permis de comprendre le scénario cosmique à l'origine de ces éclats répétitifs. Il s'agit d'une étoile similaire au Soleil qui a une orbite elliptique autour du trou noir central de la galaxie. A chaque fois qu'elle est trop proche de ce dernier, qui a une masse d'environ 10.000 à 100.000 fois la masse solaire (ce qui est peu pour un trou noir supermassif), l'attraction gravitationnelle du trou noir arrache l'équivalent de 3 masses terrestres de l'étoile.

PUBLICITÉ

Lire aussiLa vraie taille des trous noirs supermassifs en vidéo

Cette matière en chutant vers l'objet central est chauffée jusqu'à près de 2 millions de degrés et libère de grandes quantités de rayons X. "C'est la première fois que nous voyons une étoile comme notre Soleil être déchiquetée et consumée à plusieurs reprises par un trou noir de faible masse", insiste Phil Evans, principal auteur de l'étude parue dans la revue Nature Astronomy.

Swift J0230 Crédit : Phil Evans (University of Leicester) / NASA Swift
Swift J0230 Crédit : Phil Evans (University of Leicester) / NASA Swift

Images prises par le télescope SWIFT de la même zone du ciel avant/pendant l'émission de rayons X de SwJ0230 . Crédit : Phil Evans (University of Leicester) / NASA Swift.

Un système particulier

Lire aussiLe télescope James Webb détecte de la poussière de graphite et de diamant dans les premières galaxies de l[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi