La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    48 163,33
    +1 369,48 (+2,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Le troisième confinement marqué par un nouvel exode hors de Paris

·2 min de lecture

INFOGRAPHIE – Selon les chiffres des ventes alimentaires de NielsenIQ, il y a bien eu un mouvement hors de Paris au début du 3e confinement. Une situation qui n'est pas sans rappeler l'exode de mars 2020.

Un an après, rien n'a changé? C'est ce que l'on pourrait se dire en voyant les chiffres des ventes alimentaires de . Car la première semaine de ce troisième confinement (au niveau national) s'est traduite par un recul du chiffre d'affaires alimentaires dans la capitale: -7%. C'est d'ailleurs le recul le plus important enregistré en métropole sur cette semaine du 5 au 11 avril (par rapport à la moyenne enregistrée sur le début de l'année 2021). Alors certes, Paris et l'Île-de-France se trouvaient déjà placés, comme d'autres départements, dans cette configuration de confinement allégé et . Mais le week-end de Pâques, avec la tolérance qui l'a accompagné, ainsi que la météo clémente ont fortement contribué aux migrations, semble-t-il.

Les stations balnéaires plébiscitées

Ainsi Paris est le seul département ayant connu un recul des ventes alimentaires : -5%. A l'inverse, les stations balnéaires ont enregistré de fortes hausses: +34% pour les Sables-d'Olonne, +39% pour le bassin d'Arcachon ou encore +72% pour l'Île de Ré et l'Île d'Oléron. Des hausses qui se poursuivent, plus modestement toutefois, lors de la première semaine de confinement. , au printemps 2020. Lors de la première semaine, du 16 au 22 mars 2020, les stations balnéaires avaient ainsi connu une hausse moyenne de 60% des ventes alimentaires (par rapport à la même semaine en 2019)! La situation de Paris avait à l'époque été différente d'un arrondissement à l'autre: les arrondissements centraux enregistrant des reculs de consommation dus à l'absence de touristes comme aux départs pour les résidences secondaires ou autres lieux de confinement.

A l'inverse, les stations de ski qui avaient dû fermer avaient été fortement touchées lors du confinement de 2020: -7% lors de la première semaine. Un an après, c'est un nouveau coup dur pour les départements de haute montagne. Lors de la première semaine de ce troisième confinement, les Hautes-Pyrénées, les Hautes-Alpes, la Haute-Savoie ou encore la Savoie voient aussi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi