Marchés français ouverture 5 h 5 min
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    29 677,60
    +34,91 (+0,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1966
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    28 864,13
    +70,99 (+0,25 %)
     
  • BTC-EUR

    52 754,57
    -381,49 (-0,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 395,65
    +14,70 (+1,06 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     

Trois questions sur "Sans filtre", la nouvelle émission lancée sur Twitch par le gouvernement

franceinfo
·1 min de lecture

L'exécutif vise les jeunes. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a lancé une nouvelle émission mensuelle, mercredi 24 février. Diffusé en direct sur la plateforme Twitch, "Sans filtre" est un programme d'échanges avec des jeunes, influenceurs sur les réseaux sociaux. Comment s'est déroulé le premier rendez-vous ? Quelle est la stratégie qui se cache derrière ? Franceinfo répond à trois questions qui se posent au lendemain de l'émission.

1Quel est le principe de cette émission ?

L'émission est diffusée en direct sur la plateforme de streaming Twitch et sur YouTube. Une fois par mois, le mercredi, le porte-parole du gouvernement "debriefera le Conseil des ministres", présente LCI. Dans "Sans filtre", Gabriel Attal sera entouré de six jeunes, influenceurs ou non. Ils discuteront pendant plus d'une heure "depuis un studio situé dans une annexe de l'Elysée", précise le site de la chaîne d'information.

2Comment s'est déroulée la première ?

Le premier rendez-vous, disponible en replay sur YouTube, s'est déroulé mercredi à partir de 19 heures. "Les jeunes crèvent la dalle", les "étudiants sont en galère", en "dépression", redoutent des "diplômes en carton", lui ont lancé à tour de rôle EnjoyPhoenix, Fabian, Elise&Julia ou Malek Délégué. "Preneur" de toutes ces "remontées", Gabriel Attal a mis en avant les "dispositifs" existants : "plan jeunes", offre de "30 000 stages", "repas à un euro", "chèque psy" pour les étudiants... "C'est faux de dire qu'il y a une génération (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi