Publicité
Marchés français ouverture 2 h 29 min
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,00 (+0,56 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • Nikkei 225

    37 191,84
    +123,49 (+0,33 %)
     
  • EUR/USD

    1,0669
    +0,0008 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    16 506,66
    +282,52 (+1,74 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 598,39
    +634,60 (+1,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 416,23
    +103,61 (+7,89 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     

Agression du petit-neveu de Brigitte Macron : trois personnes jugées le 5 juin

Trois des agresseurs du petit-neveu de Brigitte Macron seront jugés le 5 juin.  - Credit:Dominique Jacovides pour Paris-Match / 00480164 / Dominique Jacovides pour Paris-Match
Trois des agresseurs du petit-neveu de Brigitte Macron seront jugés le 5 juin. - Credit:Dominique Jacovides pour Paris-Match / 00480164 / Dominique Jacovides pour Paris-Match

Parmi les huit personnes suspectées d'avoir agressé le petit-neveu de Brigitte Macron, trois ont été placées en détention provisoire. Âgés de 20, 22 et 34 ans, ces prévenus aux profils de marginaux devaient initialement être jugés à Amiens en comparution immédiate, ce mercredi 17 mai. Le tribunal a décidé de renvoyer leur procès au 5 juin à 14 heures.

Le président du tribunal a prononcé un mandat de dépôt à leur encontre en raison « du risque de réitération des faits ». Cette décision est conforme à la demande du procureur Jean-Philippe Vicentini. « Dans la démocratie, on doit parler, on ne peut pas cogner », avait-il argué. « Il ne faut pas qu'on attende d'avoir un mort dans ce pays pour que la raison s'impose à nouveau. »

Une adolescente de 16 ans, également poursuivie, doit être jugée par un juge des enfants « d'ici quelques mois » selon son avocat, Me Marc Blondet. Jean-Baptiste Trogneux a été agressé le 15 mai en marge d'une manifestation non déclarée d'opposition à la réforme des retraites.

« Parcours chaotique »

Parmi les prévenus, déjà condamnés pour des violences et des agressions, le plus jeune, Florian C., est un travailleur handicapé en raison de son illettrisme. Le plus âgé, Yoan L., est sous curatelle. « En 15 secondes, on se rend compte qu'il faut une expertise psychiatrique », a déclaré à l'audience l'avocat de ce dernier, Me Ibrahima Ndiaye. Mais il a refusé une expertise psychiatrique demandée par le tribunal mercredi.

« Ce sont des jeunes qui [...] Lire la suite