La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 677,64
    +30,33 (+0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 942,62
    +21,35 (+0,54 %)
     
  • Dow Jones

    33 495,95
    -285,53 (-0,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,0536
    -0,0023 (-0,22 %)
     
  • Gold future

    1 809,10
    +7,60 (+0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    16 260,42
    -190,21 (-1,16 %)
     
  • CMC Crypto 200

    402,82
    -3,42 (-0,84 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,51
    +0,05 (+0,07 %)
     
  • DAX

    14 370,72
    +106,16 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 476,63
    +4,46 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 015,63
    -66,37 (-0,60 %)
     
  • S&P 500

    3 937,41
    -26,10 (-0,66 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2261
    +0,0023 (+0,19 %)
     

Ces trois pépites de la French Tech qui font leur nid dans l'élevage d'insectes

Trois pépites de la French Tech ont su profiter d'un écosystème favorable pour s'imposer sur le marché mondial très prometteur de l'entomoculture.

Régime d'insectes tricolores pour les investisseurs. Le 20 septembre, , a levé 250 millions d'euros, accélérant face à son concurrent Agronutris, pour rivaliser avec (voir graphique). "Dans aucune autre filière tech, la France peut ainsi revendiquer deux, voire trois leaders mondiaux", relève Ariane Voyatzakis, responsable de l'agroalimentaire à Bpifrance… qui a investi dans les trois. Mutatec, Nextprotein et Invers suivent leur sillon.

La position française est enviable sur ce marché émergent des protéines d'insectes, au potentiel énorme, qui apporte une solution économique, écologique et circulaire aux enjeux de l'alimentation. Proliférant et grossissant très vite, les larves dévorent les déchets de cultures agricoles et leur chair est bourrée de protéines aux excellentes propriétés nutritionnelles. Converties en farines et huiles, on peut les donner à manger aux poissons d'élevage, jusqu'à présent nourris de farines de petits poissons victimes de surpêche, ou au bétail et volailles engraissés au soja importé responsable de la déforestation. Ces ingrédients protéinés peuvent aussi être utilisés pour les croquettes pour chats et chiens comme pour l'alimentation humaine, des biscuits aux steaks veggie. En prime, les déjections des larves servent d'engrais naturel, en substitut des pesticides.

Dans l'Hexagone, ces start-up ont profité d'un écosystème particulièrement favorable. "La France est une puissance agro-industrielle, ce qui leur a permis d'abord de bénéficier de coopérations R&D avec AgroParisTech et l'Inrae, puis d'implanter leurs usines à côté de grosses coopératives agricoles, qui leur fournissent leurs résidus de blé, pommes de terre, betteraves", explique Ariane Voyatzakis. Surtout, l'argent public a arrosé ces jeunes pousses.

Ambitions mondiales

Bpifrance a investi 100 millions d'euros dans la filière, qui bénéficie aussi des plans de relance de France 2030 et d'aides locales.

Les grands fonds d'investissement internationaux ont suivi. Grâce à leurs p[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi