La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 068,59
    -125,57 (-1,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 229,56
    -70,05 (-1,63 %)
     
  • Dow Jones

    34 265,37
    -450,02 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,1348
    +0,0031 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 836,10
    -6,50 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    31 566,16
    -417,92 (-1,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    870,86
    +628,18 (+258,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,83
    -0,72 (-0,84 %)
     
  • DAX

    15 603,88
    -308,45 (-1,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,13
    -90,88 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 768,92
    -385,10 (-2,72 %)
     
  • S&P 500

    4 397,94
    -84,79 (-1,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3555
    -0,0045 (-0,33 %)
     

Trois investisseurs s'apprêtent à recapitaliser Pierre et Vacances

·2 min de lecture

Le numéro un européen des résidences de loisirs Pierre et Vacances-Center Parcs s'apprête, ce lundi 20 décembre 2021, à confier son destin à trois investisseurs: Alcentra, Fidera et Atream. Le groupe avait largement souffert de la crise sanitaire du Covid-19. Gérard Brémond, fondateur, perd le contrôle du groupe.

Très affecté par la crise sanitaire et plombé par une dette massive, le numéro un européen des résidences de loisirs -Center Parcs s'achemine vers un accord, confiant son destin à trois investisseurs qui vont ravir à son fondateur, , le contrôle du groupe.

L'entreprise, qui compte 12.000 salariés et possède les marques Pierre et Vacances, Center Parcs, Maeva et Adagio, a annoncé, ce lundi 20 décembre, avoir conclu un accord d'exclusivité de négociations jusqu'au 31 janvier avec un consortium d'investisseurs composé de ses créanciers Alcentra et Fidera et de son bailleur Atream - propriétaire de quatre Center Parcs en Europe et une résidence Pierre & Vacances en France -, pour une recapitalisation et une importante conversion de dettes.

"Désendettement massif"

L'opération, qui a reçu un accord de principe des principaux créanciers financiers, prévoit une injection de 200 millions d'euros de fonds propres et un "désendettement massif" via la conversion en capital de plus de "551 millions d'euros de dettes", dans les prochains mois.

Cela vise à "effacer le coût terrible de la crise sanitaire" pour le groupe, a déclaré à l'AFP son fondateur , 84 ans, détenteur de 49,6% du capital via la holding familiale Siti, et qui tomberait à "environ 4%", a-t-il précisé.

677 millions d'euros de pertes sur les deux derniers exercices

"Le principal pour moi était de sortir le groupe du cataclysme" provoqué par le gel de l'activité dû à la pandémie, a-t-il dit, ajoutant: "ma priorité était moins mon devenir financier personnel que le maintien de la pérennité du groupe". L'accord devra être approuvé lors d'une assemblée générale des actionnaires convoquée après l'assemblée générale annuelle prévue le 10 février.

A l'issue de l'opération, les actionnaires actuels verraient leur participation fortement diluée: ils n'auraient plus que "2,1% à 16,4%" du capital, contre "42,6% à 56,8%" pour les investisseurs - hors détention de capital au titre de créances. La gouvernance sera alors réformée[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles