La bourse ferme dans 42 min
  • CAC 40

    5 601,17
    -16,10 (-0,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 597,89
    -4,78 (-0,13 %)
     
  • Dow Jones

    30 971,31
    +157,05 (+0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,2137
    +0,0054 (+0,45 %)
     
  • Gold future

    1 836,60
    +6,70 (+0,37 %)
     
  • BTC-EUR

    30 605,48
    +432,49 (+1,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    734,50
    +19,31 (+2,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    53,01
    +0,65 (+1,24 %)
     
  • DAX

    13 829,34
    -19,01 (-0,14 %)
     
  • FTSE 100

    6 718,87
    -1,78 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    13 112,87
    +114,37 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    3 792,11
    +23,86 (+0,63 %)
     
  • Nikkei 225

    28 633,46
    +391,25 (+1,39 %)
     
  • HANG SENG

    29 642,28
    +779,51 (+2,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,3619
    +0,0033 (+0,24 %)
     

TRIBUNE. Réforme de la justice des mineurs : "Toujours plus de répression et toujours moins d’éducation", dénoncent 200 personnalités liées à la protection de la jeunesse

franceinfo
·1 min de lecture

Plus de 200 personnalités, professionnels de l’enfance, membres d'organisations syndicales de magistrats, travailleurs sociaux et avocats appellent "les parlementaires à ne pas céder à ce simulacre de débat démocratique et à s’opposer au vote" du projet de loi qui réforme la justice des mineurs, dans une tribune publiée par franceinfo, mardi 1er décembre. Le projet de loi est examiné en dernière lecture mardi 1er décembre à l'Assemblée nationale. Un rejet tant sur le fond que sur la forme. Les signataires appellent à "replacer la protection de nos enfants (...) au centre des enjeux". Cela fait deux ans qu'elles expriment leurs "préoccupations" sur ce projet de loi rédigé "sans réelle consultation" selon elles. Ce Code de la justice pénale des mineurs (CJPM), porté par le garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, est censé entrer en vigueur le 31 mars 2021. Les signataires réclament "un projet plus ambitieux" et concerté, pour un code "non pas seulement de la justice pénale des mineur.e.s, mais de l’enfance".

Depuis maintenant plus de deux ans, nous exprimons nos préoccupations concernant le projet de Code de justice pénale des mineurs, élaboré sans réelle consultation des professionnels de l’enfance, des organisations syndicales de magistrat.e.s, travailleuses et travailleurs sociaux et avocat.e.s, et surtout sans (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi