La bourse ferme dans 3 h 31 min
  • CAC 40

    6 262,79
    +28,65 (+0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 016,62
    +23,19 (+0,58 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1985
    +0,0009 (+0,07 %)
     
  • Gold future

    1 778,50
    +11,70 (+0,66 %)
     
  • BTC-EUR

    50 889,98
    -1 553,84 (-2,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 357,64
    -23,31 (-1,69 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,44
    -0,02 (-0,03 %)
     
  • DAX

    15 412,92
    +157,59 (+1,03 %)
     
  • FTSE 100

    7 018,27
    +34,77 (+0,50 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3802
    +0,0018 (+0,13 %)
     

TRIBUNE. Julien Bayou et des élus écologistes dénoncent le "développement destructeur" du triangle de Gonesse

·1 min de lecture

Les opposants à la future gare de la ligne 17 du Grand Paris Express, qui doit relier Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) à l'aéroport de Roissy-CDG en 2030, en passant par le Triangle de Gonesse (Val-d'Oise), ont prévu de manifester ce samedi à 11 heures place Stalingrad, à Paris. La ZAD, occupée depuis le 7 février, a été évacuée mardi. Ces citoyens, comme les élus Verts et Insoumis, dénoncent l'artificialisation de ces terres où devait initialement être construit le méga-complexe commercial et de loisirs Europacity, un projet abandonné par Emmanuel Macron. "Ce qui se joue (...) est un choix de société", estime le secrétaire national d'EELV, Julien Bayou. Avec trois autres élus écologistes, celui qui sera tête de liste aux régionales en Ile-de-France appelle à "tourner la page de ce mode de développement destructeur de l'environnement dont le triangle de Gonesse est emblématique" et à "améliorer l'existant", comme la ligne du RER D, "qui souffre d'un sous-investissement chronique depuis des années".

Voici leur tribune : Ce qui se joue au nord de Paris sur les terres du triangle de Gonesse est plus qu'une simple ZAD (zone à défendre) occupée par des dizaines de militants que les forces de l'ordre viennent d'évacuer. C'est un choix de société. Voilà plus de dix ans que des associations regroupées au sein du Collectif pour le triangle de Gonesse militent pour le maintien en agriculture de cette zone de 300 hectares parmi les plus fertiles d'Europe. Lors de l'avènement du métro d...


Lire la suite sur LeJDD