La bourse ferme dans 30 min
  • CAC 40

    6 251,47
    -15,81 (-0,25 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 005,28
    -9,52 (-0,24 %)
     
  • Dow Jones

    34 012,65
    +196,75 (+0,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,2054
    +0,0036 (+0,30 %)
     
  • Gold future

    1 771,70
    -10,30 (-0,58 %)
     
  • BTC-EUR

    41 285,43
    -4 250,14 (-9,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 142,49
    +18,59 (+1,65 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,10
    +0,67 (+1,09 %)
     
  • DAX

    15 246,14
    -74,38 (-0,49 %)
     
  • FTSE 100

    6 927,03
    -11,21 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 952,67
    +134,26 (+0,97 %)
     
  • S&P 500

    4 171,30
    +36,32 (+0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    29 020,63
    -167,54 (-0,57 %)
     
  • HANG SENG

    29 078,75
    +323,41 (+1,12 %)
     
  • GBP/USD

    1,3841
    -0,0002 (-0,01 %)
     

TRIBUNE. Jean-Michel Naulot : "La dette mérite un vrai débat"

·1 min de lecture

Voici sa tribune : "En l'espace d'un an, la dette de la France est passée de 98% du PIB à 120%. C'est un bond spectaculaire qui inquiète. Face à cela, quelques économistes et dirigeants politiques ont eu l'idée de proposer d'annuler la dette publique rachetée par la BCE (30% de la dette) grâce à un jeu d'écriture. Cela permettrait, affirment-ils, de retrouver des marges de manœuvre pour investir. Mais, en creusant un gigantesque trou dans les comptes de l'institution, en la transformant en incinérateur de dette, les instigateurs du projet portent atteinte à ce qu'il y a de plus précieux dans le système économique et financier, la confiance et la notion même de valeur qui fait qu'un billet de banque n'est pas un simple bout de papier.

Les promoteurs de l'annulation font valoir qu'il y a des précédents. Ils évoquent l'Allemagne en 1953 et la Grèce en 2012. Mais ces exemples n'ont strictement rien à voir. En face de ces deux pays, il y avait des États et des investisseurs qui ont perdu de l'argent. Dans le cas présent, seule la Banque centrale en perd. C'est sans importance, disent-ils, car une banque centrale peut vivre avec des fonds propres négatifs. Qu'en savent-ils puisque l'expérience serait inédite ? En réalité, au-delà de la BCE, ce sont nos concitoyens qui perdraient beaucoup d'argent avec la destruction de la confiance, l'envolée des taux d'intérêt, des doutes sur la monnaie, le risque d'un effondrement du système. Le résultat du tour de passe-passe serait au mieux l...


Lire la suite sur LeJDD