La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 198,73
    -62,08 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    10 836,23
    +33,31 (+0,31 %)
     
  • Nikkei 225

    26 571,87
    +140,32 (+0,53 %)
     
  • EUR/USD

    0,9599
    -0,0013 (-0,13 %)
     
  • HANG SENG

    17 860,31
    +5,17 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    19 927,70
    -199,64 (-0,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    438,59
    -20,55 (-4,48 %)
     
  • S&P 500

    3 653,37
    -1,67 (-0,05 %)
     

TRIBUNE- Investir et décentraliser l'école pour la rendre plus égalitaire

ERIC PIERMONT / AFP

TRIBUNE- La France est le pays de l'OCDE où les résultats sont le plus fortement liés à l'origine socio-économique. Il faut investir et décentraliser l'école pour la rendre plus égalitaire, plaide Philippe Aghion, économiste professeur au collège de France.

Parmi les priorités de son second mandat, s'est fixé d'investir dans nos établissements scolaires tout en réformant leur gouvernance. Il était temps: car bien que consacrant près de 7% de son PIB à l'éducation, la France est 26e dans les classements Pisa qui mesurent le niveau des élèves à 15 ans dans 79 pays, et 20% des élèves français entrant en sixième ne maîtrisent pas les savoirs fondamentaux. Surtout, la France est le pays de l'OCDE où les résultats scolaires sont le plus fortement corrélés à l'origine socio-économique: il y a donc chez nous beaucoup d'"Einstein perdus", des enfants talentueux mais qui, issus de milieux défavorisés, n'acquièrent pas le savoir ou la vocation nécessaires pour exercer une profession à haute qualification, devenir des ingénieurs, des entrepreneurs, des chercheurs, des innovateurs.

Comment remonter la pente et tenir la promesse républicaine d'un accès à une école d'excellence pour tous? Les économistes de l'éducation mettent en évidence trois leviers. Tout d'abord, la taille des classes, chantier auquel Macron et l'ex-ministre Blanquer se sont attaqués dès 2017. Mais tout aussi importants sont la qualité des professeurs - découragés chez nous par les faibles rémunérations - et le soutien individuel aux élèves en difficulté - ardu en France à cause d'un système excessivement dirigiste qui laisse trop peu de marges de manœuvre aux chefs d'établissement.

Aux Etats-Unis, les "no excuses charter schools" (écoles sans excuses) sont particulièrement performantes dans les zones urbaines défavorisées pour améliorer le niveau des élèves et stimuler la mobilité sociale en mettant l'accent sur la discipline, en renforçant les enseignements en lecture-orthographe et mathématiques, et en offrant un suivi proche et personnalisé des élèves.

Augmenter la rémunération des professeurs et l'autonomie des établissements

Quelles leçons tirer pour la réorganisation de notre système éducatif? Une première leçon est qu'il faut sensiblement augmenter la r[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi