La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 142,84
    -57,03 (-0,27 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

TRIBUNE. « Il nous faudrait beaucoup d’autres Bernard Arnault ! » selon Olivier Babeau

© Sameer Al-Doumy / AFP

Voici sa tribune. « À quoi servent les riches ? La question peut paraître choquante puisqu’elle suggère qu’il faudrait « servir à quelque chose » pour avoir droit de cité. Imagine-t-on retourner la question en posant la question de « l’utilité des pauvres » ? Mais c’est en France une question qu’on n’hésite pas à poser. Mieux : on appelle de ses vœux le départ des plus fortunés. Certains journaux n’ont-ils pas, en termes peu courtois, exhorté Bernard Arnault à s’en aller ? Les « riches » sont cette catégorie la population qu’on déteste d’autant plus qu’on rêve secrètement d’être à leur place. Ce qui n’est après tout que la définition même de l’envie. Nous sommes peut-être le seul pays au monde obnubilé par l’idée qu’en finir avec la richesse permettait d’en finir avec la pauvreté.

Lire aussi - « Faire payer plus d’impôts aux très riches » : multimillionnaire, cette Autrichienne demande à être plus taxée

Quelle errance intellectuelle peut faire de la multiplication des riches le problème central de notre monde ? À toute question, certains répondent : « la solution, c’est de taxer plus !  ». Faute de pouvoir lutter contre la pauvreté, nos beaux esprits trouvent plus commode de vouloir en finir avec la prospérité, érigée en symbole de ce capitalisme décrit comme la source de tous nos maux. Le bonheur de la France, c’est évident, sera tout à fait parfait quand la dernière fortune sera partie sous d’autres cieux. « On n’a pas besoin de vous » entend-on. Derrière la démagogie des...


Lire la suite sur LeJDD