TRIBUNE. « Les entreprises du CAC 40 doivent s’engager »

© Eric Beracassat

Voici sa tribune : « Dans la foulée de résultats annuels record, les sociétés du CAC 40 tiennent leurs assemblées générales : et si c’était le moment pour elles de s’emparer du débat sociétal ?​

Les conditions sont réunies pour qu’une étape significative soit franchie. D’abord, les entreprises du CAC sont devenues un objet politique et soumises, comme telles, à la critique du public (LVMH et le luxe, TotalEnergies et le pétrole, Vinci et les autoroutes). Ensuite, beaucoup d’entre elles jouent déjà un rôle politique en remplissant des quasi-missions de service public : Carrefour et le panier anti-inflation, Engie et l’approvisionnement en gaz avec la guerre en Ukraine, TotalEnergies et les ristournes à la pompe.

À lire aussi EXCLUSIF. La féminisation des entreprises progresse lentement

Les très bons résultats financiers consacrent tout autant qu’ils obligent à un devoir d’exemplarité. Il y va de la pérennité même de l’entreprise en tant que marque employeur auprès d’une jeunesse qui s’en éloigne voire qui n’hésite pas à lui tourner le dos, au détour d’une réunion de promotion de Polytechnique.

Plusieurs pistes à explorer autour de trois E.

Empathie managériale. Si l’on veut renouer avec le corps social, prenons deux mesures concrètes : d’abord, la stricte application du ratio d’équité en matière de salaire des patrons du CAC 40 (un plafond de 100 par rapport à la rémunération moyenne des salariés) afin d’éviter l’hubris de certains. Ensuite, l’augmentation de l’...


Lire la suite sur LeJDD