La bourse ferme dans 2 h 7 min
  • CAC 40

    5 803,18
    +5,20 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 706,48
    +0,49 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,2220
    +0,0052 (+0,43 %)
     
  • Gold future

    1 778,80
    -19,10 (-1,06 %)
     
  • BTC-EUR

    42 064,22
    +953,71 (+2,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 025,35
    +10,43 (+1,03 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,68
    -0,54 (-0,85 %)
     
  • DAX

    13 967,96
    -8,04 (-0,06 %)
     
  • FTSE 100

    6 678,45
    +19,48 (+0,29 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    +132,77 (+0,99 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    30 168,27
    +496,57 (+1,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 074,17
    +355,93 (+1,20 %)
     
  • GBP/USD

    1,4146
    +0,0005 (+0,04 %)
     

TRIBUNE. "Le bitcoin : un crypto-caillou dans la chaussure des Etats"

·1 min de lecture

André Loesekrug-Pietri, président de la Joint European Disruptive Initiative (JEDI), la Darpa européenne, décrypte les enjeux de légitimé et d'autonomie d'action des Etats derrière le bitcoin et les cryptomonnaies. Voici sa tribune : "En achetant pour 1,5 milliard de dollars de bitcoins, Tesla ne rehausse pas seulement le crédit des cryptomonnaies : elle légitime la désintermédiation des transferts financiers et, au-delà, une logique post-nationale qui mine la capacité d'action des États sur les leviers fondamentaux de leur souveraineté.

Elon Musk s'inscrit dans l'histoire longue de l'"idéologie californienne", fondée sur le solutionnisme technologique, l'aversion pour l'intervention des Etats dans la sphère économique et privée, tout en vivant en grande partie des subsides de l'Etat fédéral – les contrats passés par Tesla avec la Nasa en témoignent.

Lire aussi - Tout comprendre au mirage de la blockchain

Pour autant, est-ce à dire que le bitcoin, en lui-même, est un instrument d'abrasion de l'autorité des Etats, censés être les seuls acteurs légitimes pour battre monnaie? La question appelle une réponse nuancée. Dans les faits, nombre d'Etats n'ont pas ce monopole. L'Europe s'est construite, avec le traité de Maastricht, sur la délégation de cette fonction régalienne à la Banque centrale européenne, qui partage cette prérogative avec les banques privées, dès qu'elles concèdent, par exemple, un prêt à une entreprise ou que la BCE leur rachète des bons du Trésor.

"

La technologi...


Lire la suite sur LeJDD