La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 169,41
    +3,69 (+0,06 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,84
    +1,01 (+0,03 %)
     
  • Dow Jones

    33 800,60
    +297,03 (+0,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1905
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 744,10
    -14,10 (-0,80 %)
     
  • BTC-EUR

    50 512,39
    +423,63 (+0,85 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 235,89
    +8,34 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    59,34
    -0,26 (-0,44 %)
     
  • DAX

    15 234,16
    +31,48 (+0,21 %)
     
  • FTSE 100

    6 915,75
    -26,47 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 900,19
    +70,88 (+0,51 %)
     
  • S&P 500

    4 128,80
    +31,63 (+0,77 %)
     
  • Nikkei 225

    29 768,06
    +59,08 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    28 698,80
    -309,27 (-1,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,3706
    -0,0029 (-0,21 %)
     

TRIBUNE. Élections : l'appel de 150 signataires à un #MeToo des territoires pour écarter les candidats auteurs de violences faites aux femmes

franceinfo
·1 min de lecture

"Il est temps pour les formations politiques de prendre leurs responsabilités". Dans une tribune publiée le 12 novembre 2019 sur le site de franceinfo, 250 personnalités du monde politique, associatif, artistique ou militant avaient appelé à un #MeToo des territoires. Près d'un an après les élections municipales de 2020, cet appel à dénoncer les "violences sexistes et sexuelles" au sein de certains conseils municipaux a-t-il été entendu ? Dans une nouvelle tribune publiée lundi 8 mars 2021 sur le site de franceinfo, 150 élu.e.s locales, militant.e.s, collaborateur.ices, candidat.e.s aux régionales, parlementaires, responsables d’associations ou encore artistes dénoncent "l'omerta" qui persiste au sein des partis politiques.

"Jour après jour, la parole des victimes de violences sexuelles se libère. Mais à quand une libération de l’écoute dans les partis politiques ?", écrivent les signataires de cette tribune, parmi lesquels Audrey Pulvar (candidate aux régionales en Île-de-France), Emmanuel Grégoire (premier ajoint à la mairie de Paris), Manon Aubry (parlementaire LFI), Caroline De Haas (NousToutes), ou encore la comédienne Anny Duperey. À la veille des élections départementales et régionales du mois de juin, ces 150 personnalités réitèrent l'appel à un #MeToo des territoires, invitant une nouvelle fois les victimes de violences sexistes et sexuelles à "témoigner des faits en écrivant aux partis (...) afin que des listes écartant les candidats sexistes et responsables (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi