La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1646
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    52 530,64
    -361,24 (-0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3760
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Triathlon longue distance - Triathlon longue distance : Simon Fischer et Élodie Davy s'imposent sur l'Alpsman Xtrem du lac d'Annecy

·3 min de lecture

3,8 kilomètres de natation, 183 kilomètres de vélo (4300 m D +), 42 kilomètres de course à pied (1300 m D +) : le programme salé du triathlon XXL du lac d'Annecy a tenu ses promesses. Au terme d'une jolie bataille, il aura fallu plus de douze heures d'efforts à Simon Fischer, Tony Moulai et Charles Bouin pour se départager. Élodie Davy s'impose chez les femmes. Il est 6h30, la nuit est encore sombre, lorsque les 390 participants de l'Alpsman Xtrem sont lâchés en plein milieu du lac d'Annecy pour la première épreuve de la journée. Un départ depuis un bateau, sur l'un des plus beaux lacs de France, pour une étape, à la nage, de 3,8 kilomètres, dans une eau à 19,5°C. À ce petit jeu matinal, c'est Jérémy Guérin qui est le plus rapide (54'19''). Le jour se lève déjà lorsqu'il foule la terre ferme. Une avance de courte durée puisque, dès la sortie de la transition, Tony Moulai est en tête. Un avantage que le vice-champion du monde 2008 de la discipline conservera sur la totalité de l'épreuve de vélo. Au menu de cette dernière, une traversée quasi-intégrale du massif des Bauges pour un parcours digne d'un tour de France. Les verts pâturages et les massifs montagneux remplacent le bleu du lac. Les paysages se succèdent au fil des coups de pédales. 183 kilomètres, 4 300 mètres de dénivelé et cinq cols pour combler les écarts creusés sur la partie aquatique. 29e de la natation, Simon Fisher se hisse ainsi sur le podium provisoire avant de chausser les baskets, juste derrière Tony Moulin et Florian Luquet, les hommes en forme du jour. Si les 24 premiers kilomètres de la course à pied, longeant le lac, peinent à creuser les écarts, l'ultime épreuve, la montée du Semnoz, est le théâtre d'une belle bataille. 17 kilomètres, 1300 mètres de dénivelé pour une montée sèche, depuis les berges du lac jusqu'au sommet du Semnoz, à 1700 mètres d'altitude. 12 heures d'effort pour moins de 4' d'écart De l'effort, du suspense et trois champions séparés par moins de 4 minutes à l'arrivée. Après 12'4''46 d'effort, Simon Fischer a fini par s'imposer devant Tony Moulai (12'8''18) et Charles Bouin (12'8''40), régulier tout le long de la journée. Ému, le vainqueur du jour exulte à l'arrivée : « C'est dingue ! Je ne sais pas quoi dire ! J'avais un plan et tout s'est passé comme je voulais, voire mieux. J'ai pris du plaisir en natation, c'était grandiose ! Sur la course à pied, j'ai commencé fort, j'ai eu un moment dur. En une seconde tout est revenu. La montée du Semnoz est géniale, tout le monde s'encourage, il y a une super ambiance qui m'a donné des ailes. »

Pour sa première participation, Tony Moulai était lui aussi ravi de l'issu des débats : « J'étais seul devant toute la journée, sans pouvoir passer le relais. En course à pied, je suis parti sur un rythme très rapide, sous-estimant ma gestion de l'alimentation. J'ai eu des hauts, des bas, j'ai souffert. J'ai eu un regain d'énergie sur la fin avant que Charles ne me double. Je ne sais pas comment j'ai réussi à le remonter et rien que pour cela je suis satisfait de ma course ! » Toujours placé dans le top 4, c'est à cette place que Florian Luquet termine la course, près de 20 minutes après le podium. Seuls 105 triathlètes ont pu admirer le magnifique panorama depuis le sommet du Semnoz. Deux femmes au sommet Parmi ces finishers, deux femmes. Élodie Davy, cinquième de la natation, s'est emparée de la tête de course pendant l'épreuve de vélo, la conservant jusqu'à la ligne d'arrivée, réalisant au passage la vingt-et-unième place du scratch (13'37''07).

« J'avais de bonnes jambes !, a-t-elle expliqué. Le début a été compliqué, c'est parti vite, la natation n'est pas mon point fort. La partie vélo, c'est chouette ! Une difficulté énorme mais des paysages magnifiques. Il faut apprendre à gérer son effort tout en profitant. Pour la course à pied, j'ai eu quelques soucis gastriques au début de la côte mais tout est entré dans l'ordre assez vite. L'arrivée de nuit, à la frontale, avec le brouillard, on ne le vit pas tous les jours ! Une belle épreuve, une belle organisation ! » Arrivée de justesse pour sonner la cloche sur l'esplanade de St-Jorioz, symbole de l'accès à la montée finale avant la barrière horaire, et moment fort de la journée pour les coureurs et les supporters, Sabrina Rinaldi s'est hissée jusqu'au plateau du Semnoz, réalisant ainsi la deuxième performance féminine du jour (15'39''07).

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles