La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    30 043,11
    -1 841,77 (-5,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

Travailler toujours plus: attention danger, avertit le psychiatre Patrick Légeron

·2 min de lecture

INTERVIEW - Travailler plus de 55 heures par semaine augmente le risque de décès prématurés, selon une étude publiée lundi 17 mai, par l’OMS et l’OIT. Selon Patrick Légeron, psychiatre et fondateur du cabinet Stimulus, le stress lié à une surcharge de travail "peut vite devenir dangereux".

Quand le travail devient une cause de mortalité… En 2016, selon un rapport de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et l’OIT (Organisation internationale du travail), 398.000 personnes sont mortes d'un AVC (accident vasculaire cérébral) et 347.000 d'une maladie cardiaque "Travailler, c’est bon pour la santé, mais seulement à une bonne dose, sinon ça peut vite devenir nocif", explique Patrick Légeron, psychiatre et fondateur du cabinet Stimulus. Le risque d’AVC augmente effectivement de 35% pour les personnes travaillant 55 heures ou plus, comparé à des horaires de 35 à 40 heures, par semaine.

Challenges – Pourquoi le travail peut-il devenir une cause de mortalité?

Patrick Légeron – Nous parlons régulièrement du stress et donc des problèmes cardiaques que peut provoquer une , notamment face à la privation de revenus et/ou de vie sociale. Mais pour le surplus de travail, le phénomène est le même. Une charge considérable de tâches à réaliser en une journée va augmenter les risques psychosociaux et donc d’AVC ou de cardiopathie ischémique. La quantité d'heures travaillées n’est pas la seule cause de stress. Tout d’abord, selon le type d'emploi, les heures de travail ne représentent pas la même fatigue –par exemple, le travail à la chaîne est plus monotone que celui d’un cadre qui peut prendre des pauses plus facilement. Puis, il existe aussi d’autres facteurs à prendre en compte comme le degré de responsabilité dans l'entreprise, la pression des supérieurs, le harcèlement ou encore l’équilibre avec la vie personnelle. Il faut également faire attention aux personnes passionnées par leur travail: elles ont tendance à tout miser sur celui-ci, à en être addict et finissent elles aussi par craquer. Travailler, c’est bon pour la santé, mais seulement à une bonne dose, sinon ça peut vite devenir nocif.

Lire aussi

Comment éviter ces risques de surmenage?

Il n’y a pas de nombre idéal d’heures de travail: quelqu’un qui travaille 35 heures peut être plus épuisé que quelqu’un [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles