La bourse ferme dans 8 h 3 min
  • CAC 40

    5 557,06
    -2,51 (-0,05 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 609,91
    +7,50 (+0,21 %)
     
  • Dow Jones

    30 996,98
    -179,02 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2179
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 852,10
    -4,10 (-0,22 %)
     
  • BTC-EUR

    27 364,87
    -124,85 (-0,45 %)
     
  • CMC Crypto 200

    675,11
    -1,79 (-0,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,61
    +0,34 (+0,65 %)
     
  • DAX

    13 898,92
    +24,95 (+0,18 %)
     
  • FTSE 100

    6 691,97
    -3,10 (-0,05 %)
     
  • Nasdaq

    13 543,06
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 841,47
    -11,60 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    28 822,29
    +190,84 (+0,67 %)
     
  • HANG SENG

    30 159,01
    +711,16 (+2,41 %)
     
  • GBP/USD

    1,3701
    +0,0016 (+0,12 %)
     

Travail : 680 000 emplois détruits par la crise du coronavirus

France 2
·1 min de lecture

La crise a un impact massif sur l'emploi, "surtout dans les emplois ruraux et les villes", décrypte Jean-Paul Chapel, éditorialiste économique des journaux télévisés de France 2, sur le plateau du 20 Heures. Ainsi, selon une étude du cabinet Arthur Loyd, la Corse a perdu 9,9% de ses emplois privés, fragilisée depuis le début de l’année par l’effondrement de son tourisme. Dans les Hautes-Pyrénées, 9,1% des emplois ont été détruits. "Pour eux, c'est la double peine, détaille le journaliste. En plus du choc sur le tourisme, le département compte plusieurs sous-traitants de l’industrie aéronautique, elle aussi sinistrée." Enfin, le département des Alpes-Maritimes a vu 6,3% de ses emplois détruits.

Une casse limitée près des métropoles

Les départements qui limitent la casse sont ceux dont l’activité est soutenue par des grandes métropoles : la Haute-Garonne, portée par Toulouse, a perdu 2,2% de ses emplois, nettement moins que la moyenne nationale à 3,4%. La Gironde, 2,6% et le Nord 2,7%. L’exception dans les grandes villes reste Paris : 4,1% de ses emplois ont été détruits, la capitale souffre de la chute du tourisme international. Mais le reste de l’Île-de-France ne perd que 3%.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi