La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 858,16
    -91,48 (-0,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

Transports et mobilités vertes: encore des défis à relever

De la trottinette au bus, l'énergie électrique est devenue la partenaire incontournable de nos déplacements. Mais si son bénéfice environnemental est réel, elle n'est pas encore adaptée à tous les moyens de transport.

En 2019, le secteur des transports était responsable de 43% des émissions de gaz à effet de serre en France, selon les chiffres du ministère de la Transition Ecologique. Face à ce constat, l'énergie électrique représente, à court terme, la meilleure solution pour réduire la pollution locale, c'est-à-dire émise au moment de l'utilisation du moyen de transport. Non seulement elle ne dégage pas de polluant, mais elle ne fait de surcroît aucun bruit, ou très peu. Par rapport à un moteur thermique, le gain sur la qualité de vie est donc à la fois immédiat et double. Des effets bénéfiques qui profitent aux zones géographiques dans lesquelles le problème de la pollution et des nuisances sonores est le plus critique: les agglomérations à forte densité de population.

Les questions de la production de l'électricité et de la filière des batteries (fabrication et recyclage) se posent en parallèle, mais le nucléaire règle le problème du CO2 (il en reste d'autres) et la filière européenne de batteries commence à émerger. L'impact environnemental des trois giga-usines françaises de batterie (Douai, Douvrin et Dunkerque) tout comme le projet d'extraction de lithium dans l'Allier sont ainsi porteurs d'avenir.

Autant d'éléments qui expliquent pourquoi la voie du tout-électrique a été choisie par les pouvoirs publics, qui la soutiennent à travers un dispositif d'incitations financières. Mais si elle est vertueuse au niveau local, cette énergie est plus ou moins bien adaptée aux différentes mobilités. Se déplacer sans polluer est possible, mais pas (toujours) sans contrainte.

Sans boire ni fumer. L\'énergie électrique supprime les émissions et le bruit. Mais elle impose un rapport autonomie/temps de charge plus favorable aux deux roues qu\'aux voitures.
Sans boire ni fumer. L\'énergie électrique supprime les émissions et le bruit. Mais elle impose un rapport autonomie/temps de charge plus favorable aux deux roues qu\'aux voitures.

Sans boire ni fumer. L'énergie électrique supprime les émissions et le bruit. Mais elle impose un rapport autonomie/temps de charge plus favorable aux deux roues qu'aux voitures. (Joerg Kuenstle / BMW)

Les deux-roues, taillés pour l'électrique

Les deux-roues se sont électrifiés à vitesse grand V. A commencer par les trottinettes (classées dans la catégorie des "Engins de déplacement personnel motorisés" ) et les[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi