La bourse est fermée
  • CAC 40

    4 594,24
    +24,57 (+0,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 958,21
    -1,82 (-0,06 %)
     
  • Dow Jones

    26 501,60
    -157,51 (-0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,1650
    -0,0029 (-0,24 %)
     
  • Gold future

    1 878,80
    +10,80 (+0,58 %)
     
  • BTC-EUR

    11 674,75
    +13,83 (+0,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    265,42
    +1,78 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    35,72
    -0,45 (-1,24 %)
     
  • DAX

    11 556,48
    -41,59 (-0,36 %)
     
  • FTSE 100

    5 577,27
    -4,48 (-0,08 %)
     
  • Nasdaq

    10 911,59
    -274,00 (-2,45 %)
     
  • S&P 500

    3 269,96
    -40,15 (-1,21 %)
     
  • Nikkei 225

    22 977,13
    -354,81 (-1,52 %)
     
  • HANG SENG

    24 107,42
    -479,18 (-1,95 %)
     
  • GBP/USD

    1,2951
    +0,0028 (+0,22 %)
     

Transports : bientôt des taxis volants au-dessus de Paris ?

·2 min de lecture

À partir de juin 2021, l'aéroport de Pontoise-Cormeilles-en-Vexin accueillera des tests en situation réelle d'un taxi volant : le VoloCity. Ce véhicule électrique aux 18 hélices, présenté mercredi sur place, volera à 110 km/h et pourrait, à terme, transporter deux personnes sans pilote.

Pourra-t-on bientôt aller travailler dans une voiture volante ? Ce n'est évidemment pas pour demain, mais les expérimentations en la matière continuent de progresser. Mercredi, une "filière aérienne de mobilité urbaine" a été officiellement lancée en région parisienne, et de premières expérimentations en conditions réelles débuteront en juin 2021 sur l'aérodrome de Pontoise-Cormeilles-en-Vexin, avec notamment un taxi volant électrique.

>>Retrouvez tous les journaux de la rédaction d'Europe 1 en replay et en podcast ici

"Derrière nous, vous voyez le VoloCity qui est un véhicule électrique à décollage vertical. C'est un peu un mélange entre un hélicoptère et un drone", décrit Fabien Nestmann, porte-parole de Volocopter. Propulsé par ses 18 hélices et 9 petites batteries électriques, il volera à 110 km/h. Dans un premier temps, il y aura un pilote et un passager, avant l'étape suivante. "On va passer en mode automatisé, dans des couloirs aériens dédiés aux taxis aériens. Là, il n'y aura plus de pilote. Il y aura deux passagers dans le véhicule", explique encore Fabien Nestmann.

Mais avant d'en arriver là, il faudra d'abord tester tout l'écosystème, explique Edward Arkwright, directeur général exécutif du Groupe ADP. "On va dépasser les photos, l'anticipation ou les films qu'on a tous vus, et on va le tester en ...
Lire la suite sur Europe1