Marchés français ouverture 4 min
  • Dow Jones

    35 756,88
    +15,73 (+0,04 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,71
    +9,01 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    29 098,24
    -7,77 (-0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,1612
    +0,0009 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    25 595,36
    -442,91 (-1,70 %)
     
  • BTC-EUR

    52 370,30
    -1 817,29 (-3,35 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 478,62
    -26,53 (-1,76 %)
     
  • S&P 500

    4 574,79
    +8,31 (+0,18 %)
     

Les transporteurs routiers veulent de meilleures conditions de travail

·1 min de lecture

Des semaines, voire des mois, loin de chez soi, des conditions de travail difficiles et de très longues distances. Toutes ces raisons expliquent la pénurie de chauffeurs routiers en Europe.

Beaucoup estiment que les règles européennes sur les salaires ou sur les heures de travail sont bafouées. Certains jugent même que leur métier relève davantage de l'exploitation. "Les chauffeurs se retrouvent isolés pendant des mois et des mois, ils sont emprisonnés dans leur camion", explique Edwin Atema du syndicat néerlandais FNV.

La situation est encore plus criante au Royaume-Uni. Avec le Brexit le pays a tourné le dos à la libre circulation des travailleurs. Cette situation perturbe l'approvisionnement des supermarchés et des stations-services. "Le gouvernement britannique n'a pas pris les mesures nécessaires pour faire face aux problèmes sur le marché du travail provoqué par le Brexit", précise David Henig du Centre européen de politique économique international. Et lorsque les entreprises évoquaient cette problématique "le gouvernement répondait qu'il s'agissait de projection alarmiste, que tout irait bien et que ce n'était pas un problème", ajoute-t-il.

Créer des filiales dans les pays où les salaires sont bas, principalement en Europe de l'Est ou hors de l'UE, est devenu une forme de norme afin de pouvoir réduire les coûts. Mais les chauffeurs doivent travailler à l'ouest du continent avec des revenus faibles et inadaptés aux pays de destination. "Les chauffeurs doivent travailler aux Pays-Bas, en Europe ou n'importe où mais sur la base d'une grille salariale de leur propre pays d'origine, au lieu d'appliquer la législation néerlandaise ou allemande et d'adapter les salaires", résume Ron Van Lingen, ancien propriétaire d'une entreprise de transport routier

Ces problèmes n'ont rien de nouveau et sont évoqués depuis plusieurs années. Les syndicats appellent les Etats membres à revoir les conditions de travail et à veiller à ce que le droit soit respecté afin de résoudre ces difficultés.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles