La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 063,91
    +29,39 (+0,15 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Transport scolaire : 15.000 conducteurs manquent à l'appel, la prochaine rentrée menacée

La rentrée scolaire de septembre s'annonce d'ores et déjà compliquée. Selon la Fédération nationale des transports de voyageurs (FNTV), il manque, en effet, 15.000 conducteurs pour assurer le service de transport scolaire en France. Et malgré les efforts en formation et en salaire, la situation s'aggrave. "Toutes les régions sont concernées, encore plus de services scolaires ne seront pas assurés en 2022 par rapport à 2021 qui était déjà compliquée", a alerté Ingrid Mareschal, déléguée générale de la FNTV, ce mercredi 25 mai, sur BFM TV.

"La situation s’aggrave d’année en année. Nous sommes en pénurie structurelle depuis dix ans, mais la situation s’est encore tendue en 2020 avec la crise du Covid avec une baisse de 3,4 % des effectifs", a-t-elle expliqué. L'an dernier, 10.000 conducteurs manquaient déjà à l'appel.

Contrairement aux transports publics, les cars de ramassage scolaire n'ont pas fonctionné pendant les confinements. De nombreux chauffeurs ont alors démissionné pour trouver du travail plutôt que d’être placés en chômage partiel. D’autres sont partis à la retraite et les effectifs n’ont pas été renouvelés en raison des difficultés financières du secteur. Autre explication : des conditions de travail difficiles pour des rémunérations faibles. "Ce sont des métiers à temps partiel avec un service tôt le matin et tard le soir, soit environ 4 heures de travail par jour. Les salaires sont donc mécaniquement peu élevés. 40 % des contrats sont à temps partiel", a indiqué Ingrid (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Billets de trains : la SNCF réaffirme que les prix ont baissé par rapport à 2019
Rachat de Twitter par Elon Musk : le gendarme boursier demande à son tour des explications
Mexique : la Commission de régulation de l'énergie inflige une amende colossale à Iberdrola
Des actionnaires de TotalEnergies ont-ils dérapé face à des manifestants pour le climat ?
Fonderie MBF : suite à sa liquidation, 200 anciens salariés saisissent les prud'hommes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles