La bourse est fermée

« Transmettre l’envie d’un monde mixte et égalitaire est une mission essentielle", Stéphane Pallez, FDJ

latribune.fr
 

Quels sont les engagements de la Française des jeux en matière d'égalité femmes-hommes ?

L'égalité femmes-hommes est avant tout un projet de mixité. Il passe par une attention particulière portée aux femmes puisqu'aujourd'hui encore, elles sont moins bien représentées et moins valorisées que les hommes dans les entreprises. Je suis convaincue que nous pouvons faire bouger les lignes à condition de le faire collectivement. Il est certain que le dirigeant ou la dirigeante d'une entreprise peut donner une impulsion, et c'est même souhaitable, mais l'objectif de la mixité ne peut être atteint que dans un élan collectif. En tant que Présidente-directrice-générale, je me dois de transmettre cette impulsion à mes collaborateurs. Depuis mon arrivée à la Française des Jeux (en novembre 2014, ndlr), il m'a semblé évident qu'il était possible de féminiser le Comité exécutif, non pas pour appliquer une politique de quota mais tout simplement parce que FDJ a un vivier de femmes compétentes. 43% des salariés sont des femmes. Aujourd'hui, notre COMEX compte 40% de femmes, comme notre conseil d'administration. Nous avons pris collectivement un engagement en 2015 dans notre projet stratégique de croissance et de transformation numérique FDJ 2020 : avoir le même pourcentage de femmes managers que le pourcentage de femmes (43 %) dans l'entreprise d'ici 5 ans. Nous progressons d'année en année et atteignons actuellement 40%, mais pas dans tous les métiers. C'est pourquoi nous portons une attention particulière aux métiers techniques c'est-à-dire, à la Française des Jeux, liés au système d'information et à l'environnement technologique. Dans ces entités, nous ne comptons que 17% de femmes.

Quelles actions avez-vous lancé pour attirer les femmes sur ces métiers technologiques ?

La première chose a été d'attirer les femmes qualifiées vers ces métiers, puis de les rendre visibles afin d'augmenter l'attractivité des entités

(...) Lire la suite sur La Tribune.fr