La bourse ferme dans 5 h 59 min
  • CAC 40

    5 848,76
    +53,80 (+0,93 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 390,08
    +30,25 (+0,90 %)
     
  • Dow Jones

    30 967,82
    -129,44 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,0229
    -0,0041 (-0,40 %)
     
  • Gold future

    1 764,90
    +1,00 (+0,06 %)
     
  • BTC-EUR

    19 772,75
    +208,53 (+1,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    438,84
    -1,19 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    100,06
    +0,56 (+0,56 %)
     
  • DAX

    12 512,74
    +111,54 (+0,90 %)
     
  • FTSE 100

    7 108,79
    +83,32 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 322,24
    +194,39 (+1,75 %)
     
  • S&P 500

    3 831,39
    +6,06 (+0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    26 107,65
    -315,82 (-1,20 %)
     
  • HANG SENG

    21 586,66
    -266,41 (-1,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,1935
    -0,0017 (-0,14 %)
     

Transition brouillée à l'Assemblée générale d'Orange

Actionnaires et salariés de l'opérateur critiquent l'âge du nouveau président. La rémunération du PDG sortant et du nouveau duo de dirigeants est aussi fustigée.

Encadrés par un important dispositif policier, un groupe de salariés de , le fournisseur plongé dans la tourmente depuis des mois, jouaient les trouble-fêtes devant la salle Pleyel, à Paris, où se tenait l'assemblée générale d'Orange. Ce jeudi 19 mai marquait surtout la dernière étape d'une passation de pouvoirs. Après onze ans à la tête de la société, faisait ses adieux à un groupe "aussi complexe qu'attachant". Condamné dans l'affaire Tapie, il a été contraint de quitter Orange en novembre pour céder la place à un duo exécutif-non exécutif. Depuis le 4 avril, assume la direction générale. L'assemblée devait entériner la nomination comme président non exécutif de , l'ex-patron de l'équipementier Valeo. Avec 76% de voix, ce fut chose faite, en dépit de la défection de la moitié des actionnaires autres que l'Etat et le fonds des salariés.

Les syndicats désavouaient quant à eux le choix d'un dirigeant âgé - qui dépassera en cours de mandat la limite de 70 ans. Mais aussi d'un "cumulard", n'ayant renoncé ni à la présidence de Valeo, ni à ses mandats d'administrateur à BNP Paribas et Total. Mais les réticences se sont davantage exprimées sur la rémunération des dirigeants, dont les émoluments ont été acceptés de justesse (50,5% des voix). Le vote portait à la fois sur le salaire du nouveau duo dirigeant et sur celle du PDG sortant. Stéphane Richard - qui va devenir associé de la banque d'affaires Perella Weinberg - s'était vu proposer une "indemnité exceptionnelle" de 475.000 euros, à laquelle il a renoncé quarante-huit heures avant le vote.

Position d'observation

"Le conseil d'administration a pris acte de ce vote plus faible qu'usuellement en faveur de la politique de rémunération", a réagi Orange après l'assemblée. "C'est un camouflet pour le nouveau duo", a taclé le syndicat majoritaire CFE-CGC.

En position d'observation, la nouvelle dirigeante n'a encore bousculé ni la feuille de route ni son équipe. "Je présenterai mon plan avant fin 2022. Il exposera la vision [...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles