La bourse ferme dans 7 h 15 min
  • CAC 40

    7 052,98
    -29,03 (-0,41 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 141,02
    -17,61 (-0,42 %)
     
  • Dow Jones

    33 717,09
    -260,99 (-0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0821
    -0,0035 (-0,32 %)
     
  • Gold future

    1 921,40
    -17,80 (-0,92 %)
     
  • BTC-EUR

    21 205,74
    -604,42 (-2,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    520,35
    -17,52 (-3,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,79
    -1,11 (-1,42 %)
     
  • DAX

    15 052,46
    -73,62 (-0,49 %)
     
  • FTSE 100

    7 738,65
    -46,22 (-0,59 %)
     
  • Nasdaq

    11 393,81
    -227,90 (-1,96 %)
     
  • S&P 500

    4 017,77
    -52,79 (-1,30 %)
     
  • Nikkei 225

    27 327,11
    -106,29 (-0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 842,33
    -227,40 (-1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2318
    -0,0036 (-0,29 %)
     

Transition écologique: peut-on vraiment réinventer le capital ?

Bruno Levy / Challenges

Au 9e Sommet de l'économie de Challenges, HEC Transitions et les figures de la finance française - Valérie Baudson, directrice générale d'Amundi, Eric Lombard, directeur général de la Caisse des dépôts, et Eva Sadoun de LITA.co, se sont interrogés sur les façons de réinventer le capital.

L’ancien monde et le nouveau monde se sont confrontés avec ce mélange - rare aujourd’hui - de pugnacité et de courtoisie, au 9e Sommet de l’économie. Ce jeudi 1er décembre au Palais de Tokyo, le collectif HEC Transitions, qui réunit derrière Valentine Japiot, Zoë Bantignies-Le Bars et Louis Fidel les jeunes “éco-furieux” de la prestigieuse école de commerce, a mis les dirigeants français devant leurs contradictions, face aux engagements nécessaires pour amorcer la transition écologique. “Quel sera votre héritage?” ont-ils martelé, laissant l'arrière-garde à la fois admirative et légèrement déconfite.

La rentabilité du capital au coeur du débat

Les figures de la finance française, réunis autour de la table-ronde suivante sur le thème "Réinventer le Capital", ont tenté de répondre aux révoltés : Valérie Baudson, directrice générale du plus gros gestionnaire d’actifs français Amundi (1.800 milliards d’encours sous gestion pour plus de 100 millions de clients) ; Eric Lombard, directeur général de la Caisse des dépôts et des consignations (200 milliards sous gestion et contribuant à hauteur de 514 millions d’euros au budget de l’Etat), et, encore peu médiatique, l’entrepreneure Eva Sadoun, cofondatrice de la plateforme d’investissement à impact LITA.co et autrice de l’ouvrage Une économie à nous chez Actes Sud.

Une contradiction de base est au coeur du débat : que faire d’un capitalisme qui fait de la rentabilité du capital sa finalité, aux dépens de transformations sociétales et écologiques qui nécessitent des investissements massifs, mais dont les rendements seront - à court et moyen terme - moins importants que ceux d’entreprises plus polluantes ?

Lire aussi Sommet de l'économie : Les inégalités en France, des fantasmes à la réalité

Pour Eric Lombard, président de la Caisse des Dépôts, la réponse est évidente. “Si on continue sur notre trajectoire climatique actuelle, nous mettons en danger l’économie elle-même car cette trajectoire détruit du capital.” Selon une é[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi