La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 814,69
    -34,77 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    10 994,58
    -54,92 (-0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    28 027,84
    -134,99 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,0347
    +0,0002 (+0,0207 %)
     
  • HANG SENG

    18 204,68
    +906,74 (+5,24 %)
     
  • BTC-EUR

    15 846,79
    +85,26 (+0,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    387,19
    -1,53 (-0,39 %)
     
  • S&P 500

    3 954,10
    -9,84 (-0,25 %)
     

Transition écologique: les entreprises contraintes de s'engager vers la décarbonation

Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP

Face à l'urgence climatique et aux règlementations européennes, les entreprises n'ont d'autre choix que de s'engager vers la décarbonation. Certains secteurs, comme celui de l'agriculture, peinent toutefois à accélérer leur transition verte.

Flambée des coûts de l'énergie d'un côté, rafale de règlements environnementaux imposés par l'Europe et l'Etat de l'autre: les entreprises n'ont d'autre choix que d'avancer à marche forcée vers la décarbonation. Le temps du greenwashing est dépassé. Les grands groupes ont tous leur plan d'action pour s'aligner sur l'objectif "zéro émission" en 2050.

Mais il faut encore accélérer. Selon l'institut Rexecode, les entreprises, qui ont investi au total de l'ordre de 350 milliards d'euros en 2021 en France, devront mettre au moins 35 milliards de plus par an d'ici à 2030. "Une marche de 10%, considérable" relève Michel Didier, son président, surtout pour les PME. Avec deux principaux leviers: l'énergie, qu'il faut économiser et qui doit être plus propre, et l'approvisionnement en matériaux et composants, qui doivent être bas-carbone ou recyclés.

Lire aussiTransition écologique : pour l'économiste Jean Pisani-Ferry missionné par Borne, "le compte n'y est pas"

L'agriculture en retard

Aux avant-postes, les énergéticiens dépensent pour se déployer dans l'éolien, le solaire, la biomasse. EDF devra débourser environ 60 milliards pour construire six réacteurs nucléaires d'ici à 2037. L'industrie manufacturière, particulièrement la métallurgie, la chimie, les matériaux (ciment, papier, verre, plastique), très "sales", s'adaptent au prix de renouveler massivement leurs équipements pour verdir le processus de fabrication. Ces secteurs ont déjà bien avancé. De 1990 à 2019, la France a obtenu 90% de ses réductions d'émissions de carbone grâce aux efforts menés dans l'industrie et l'énergie.

Lire aussiComment l'industrie encaisse le choc face à la crise énergétique

Les constructeurs automobiles et aéronautiques, sommés de revoir leur business, innovent. Alors que plus une voiture thermique ne pourra être vendue en Europe en 2035, la conversion à l'électrique devrait coûter 80 milliards à Stellantis, 40 milliards à Renault. Le BTP, soumis à des normes de performance énergétique et envi[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi