La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 342,02
    +255,95 (+0,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

La transition écologique à l’épreuve de la pénurie de matières premières

·2 min de lecture

VU DE GLASGOW- A la COP26, il y a plus de promesses et de déclarations sur le futur que d’analyse des accomplissements passés. En cela, le rapport 2021 sur l’action climatique mondiale par secteur présenté par Ronan Dantec, président de Climate Chance, le 8 novembre est une mine d’or. Qui montre combien les pénuries post-pandémie impactent la transition bas carbone.

Il y a les annonces et les promesses de financement et l’évaluation de l’action climatique réelle. N’en déplaise à tous ceux qui, à la , évoquent déjà la bascule verte du monde, "il n’y a pas encore de transition globale", regrette Ronan Dantec, le Président de Climate Chance, une association internationale engagée dans l’action climatique et qui rassemble des centaines d’acteurs non étatiques dans le monde (entreprises, villes, syndicats, société civile).

Le 8 novembre, il présentait en avant-première avec Antoine Gillod, qui l’a coordonné, le résumé pour décideurs du Rapport 2021 sur l’action climatique mondiale par secteurs qui sera dévoilé le 29 novembre. L’intérêt de ce document de 30 pages est de nous plonger dans une vision à 360°C des craquements et tensions réels et actuels entre l’économie fossile et sa concurrente bas carbone.

Dynamique zéro carbone

Premier enseignement: la percée de la dynamique zéro carbone est évidente: "la part du PIB mondial couverte par des engagements d’États à la neutralité carbone est passé de 16% en 2019 à 68% en 2021, totalisant 61% des émissions. Parmi les 2.000 plus grandes entreprises, 417, soit un tiers du chiffre d’affaires total, ont un objectif de "neutralité carbone."

Derrière ce progrès, l’accouchement du nouveau monde bas carbone n’est pas chose facile depuis la sortie de la pandémie. Ca frotte, ça crisse et ça grince en 2020 comme en 2021. "Nous sommes entrés dans une phase d’accumulation, où les énergies renouvelables cohabitent avec l’économie carbonée", précise Ronan Dantec. Mais, comme pour deux plaques tectoniques, qu’il s’agisse de pays ou de secteurs d’activité, la cohabitation de l’ancien et du moderne génère d’innombrables tiraillements.

Exemple aux Etats-Unis où 50 villes bataillent devant les tribunaux pour imposer les renouvelables dans le mix énergétique tandis que d’autres Etats américains comme le Texas se battent pour défendre l’industrie du gaz. Ailleurs aussi, dans l’automobile, les constructeur[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles