La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 048,32
    -152,35 (-0,45 %)
     
  • Nasdaq

    13 902,07
    -150,27 (-1,07 %)
     
  • Nikkei 225

    29 685,37
    +2,00 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,2039
    +0,0059 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    29 106,15
    +136,44 (+0,47 %)
     
  • BTC-EUR

    46 079,30
    -331,17 (-0,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 250,75
    -48,21 (-3,71 %)
     
  • S&P 500

    4 159,89
    -25,58 (-0,61 %)
     

Transformation digitale : les ambitions d'Inetum pour s'affirmer comme un poids lourd du secteur

·1 min de lecture

En octobre dernier, près de trente ans après sa création par l’homme d’affaires Jacques Tordjman, l’entreprise française de services informatiques GFI est devenue Inetum. Une décision mûrement réfléchie, puisque son dirigeant actuel, Vincent Rouaix, reconnaît qu’il y pense depuis… 2008. C’est tout le paradoxe de ce challenger en pleine croissance : sur le secteur des solutions informatiques et de la numérisation des process, où, par définition, la transformation ne s’arrête jamais, la société s’est donné le temps de se transformer elle-même en profondeur avant de marquer, par son changement de nom, le passage à une nouvelle dimension.

Quand Vincent Rouaix rejoint Tordjman, en 2006, il est à la tête de sa propre société, Adelior. Déjà convaincu de la nécessité du changement, il organise la fusion avec GFI. Contrairement aux autres pionnières du secteur comme Cap Gemini ou Atos, «GFI avait clairement raté le train de la digitalisation de l’économie au début des années 2000, raconte-t-il aujourd'hui. Nous avions une belle position sur les marchés de proximité, mais nous devions aussi aller sur celui de l’industrialisation. Cela suppose de créer des centres de services et des offres par secteurs d’activité, mais aussi de devenir réellement proactif en matière d’innovation, d’intelligence artificielle, de data…»

Lorsque Vincent Rouaix prend définitivement les rênes de l’entreprise en 2009, après le retrait mouvementé du fondateur, tout plaide donc pour un changement de cap radical. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Unibail-Rodamco-Westfield : un membre du Conseil de surveillance achète des actions
EDF : seul un “éclatement” est envisageable pour l’UE, dénonce le PDG
La surprenante curiosité de Boeing pour la sécurité des avions Airbus
Maisons du Monde bascule dans le rouge, plombé par les confinements
OVHcloud (OVH) victime d’un incendie en Alsace