Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    37 753,19
    -45,78 (-0,12 %)
     
  • Nasdaq

    15 723,76
    -141,49 (-0,89 %)
     
  • Nikkei 225

    37 961,80
    -509,40 (-1,32 %)
     
  • EUR/USD

    1,0658
    +0,0036 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    16 251,84
    +2,87 (+0,02 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 634,64
    -2 334,18 (-3,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 026,11
    -25,30 (-0,50 %)
     

Et si on transformait les contes de fées ? Une idée de Christine Berrou

Simone

"Ne craquez pas pour un prince, craquez pour un homme qui vous aime, même si vous ne vous épilez pas."

Qui n'a jamais fantasmé d'être une princesse dans un classique de Disney ? Néanmoins, lorsqu'on devient féministe, on ne peut s'empêcher de voir à quel point les contes de fées peuvent être problématiques. Christine Berrou se risque à l'exercice de changer le genre des princes et princesses.

Humoriste venue de Bretagne, Christine Berrou a d'abord fondé Le Connasse Comedy Club avec ses copines Bérengère Krief, Nadia Roz et Anne-Sophie Girard en 2010, avant de rejoindre le Jamel Comedy Club deux ans plus tard. Chroniqueuse télé et radio, Christine Berrou met en lumière les problématiques sexistes depuis plus de 15 ans.

Elle a aussi publié deux essais sur l'humour aux éditions Eyrolles : Écrire un one-man-show et monter sur scène puis Écrire une chronique presse, radio, télé, web. En 2018, À la recherche du temps perdu sur Internet est son premier roman, édité chez Flammarion. Dans son nouveau spectacle, Trop, la quadragénaire aborde les aspects de la vie de femme, mère et humoriste à la fois. Elle questionne les récits qui nous ont construits, l'amour à l'époque des applis ou encore l'écologie.

PUBLICITÉ

Inverser les rôles d'hommes et de femmes dans les dessins animés de notre enfance ? Le résultat serait "bizarre" nous dit Christine Berrou. En effet, La Belle et la bête deviendrait Le beau et la Bête. Dans cette version, la Bête serait "une femme mi-princesse, mi-Sébastien Chabal". On passe (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite