Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    40 304,49
    +303,59 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    18 594,13
    +195,69 (+1,06 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,32 (-2,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0916
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    18 015,94
    -277,44 (-1,52 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 849,96
    +2 861,32 (+5,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 310,88
    +41,93 (+3,31 %)
     
  • S&P 500

    5 659,19
    +43,84 (+0,78 %)
     

Des traitements testés sur un cœur 3D

DASSAULT SYSTEM

Le projet Living Heart vise à concevoir un jumeau de cœur sous forme de maquette 3D sur laquelle il est possible d’appliquer les caractéristiques d’un patient donné.

Cet article est issu du magazine Les Indispensables de Sciences et Avenir n°215 daté octobre/ décembre 2023.

Le jumeau numérique intégral de l’être humain est-il pour demain ? Des équipes transdisciplinaires y travaillent : ici un canal cellulaire, là un ventricule…

Plusieurs utilités

Bout par bout, les algorithmes reconstruisent en trois dimensions des modèles numériques de systèmes vivants, afin de comprendre un fonctionnement, adapter un geste opératoire, prédire une prédisposition à une maladie. Le projet Living Heart, financé par la Food and Drug Administration (FDA) et piloté par Dassault Systèmes, vise ainsi à concevoir un jumeau de cœur : une maquette 3D sur laquelle il est possible d’appliquer les caractéristiques d’un patient donné, par exemple pour tester des dispositifs médicaux ou l’effet de traitements.

Un cœur 3D "utilisé dans les essais cliniques"

"Notre cœur 3D peut simuler les rythmies et les arythmies, explique Patrick Johnson, responsable de la stratégie Recherche et développement chez Dassault Systèmes. Il sera progressivement utilisé dans les essais cliniques. De manière expérimentale, en couplant les médicaments avec un modèle 3D de canaux ioniques, nous pouvons simuler les effets de dose du médicament. Nous avons réussi à recréer virtuellement un phénomène chaotique de torsion du cœur lié au surdosage."

PUBLICITÉ

Par Valérie Handweiler

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi