Marchés français ouverture 7 h 59 min
  • Dow Jones

    34 548,53
    +318,19 (+0,93 %)
     
  • Nasdaq

    13 632,84
    +50,42 (+0,37 %)
     
  • Nikkei 225

    29 331,37
    +518,77 (+1,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,2069
    +0,0059 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    28 637,46
    +219,46 (+0,77 %)
     
  • BTC-EUR

    46 858,00
    -825,27 (-1,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 468,60
    -2,81 (-0,19 %)
     
  • S&P 500

    4 201,62
    +34,03 (+0,82 %)
     

Et si les trains roulaient au colza? La SNCF prend le pari sur la ligne Paris-Granville

·2 min de lecture

INTERVIEW – Depuis début avril, les trains de la ligne Paris-Granville (Normandie) roulent au biocarburant B100, obtenu avec de l’huile de colza. Cette expérimentation, qui se terminera en juin, fait partie du programme PLANETER. Le but ? Une consommation plus verte des trains. "Plus de TER, moins de CO2 est le mot d’ordre du programme", explique Stéphane Chwalik, chef de projet des nouvelles technologies à la SNCF.

Sur la ligne Paris-Granville, les TER roulent désormais au colza ! La SNCF vient de lancer cette expérimentation qui va permettre de tester l’impact du biocarburant au colza sur le matériel, les 15 rames TER de cette flotte et sur la conduite des trains, jusqu'a juin. Un projet financé à 100% par le groupe ferroviaire et qui, selon , lui coûterait 500.000 euros pour ce test de trois mois sur la ligne de Normandie. Un montant que la SNCF refuse toutefois de confirmer ou infirmer. La ligne Paris-Laon (Picardie) sera, elle aussi, concernée par cette même expérience dès septembre 2021. Les explications de Stéphane Chwalik, chef de projet des nouvelles technologies à la SNCF.

Challenges – Pourquoi avoir choisi le biocarburant B100 pour ces expérimentations ?

Stéphane Chwalik – C’est une solution très intéressante, du point de vue environnemental. Nous avions réalisé des et les résultats ont été prometteurs : l’utilisation du B100 réduit de 60% les émissions de gaz à effet de serre (de la production à la consommation), ainsi que le gaz irritant et les particules fines. Nous avions pris grand soin à choisir ce carburant pour obtenir ces résultats. L’autre avantage de ce est qu’il ne nécessite aucune transformation matérielle, c’est-à-dire que l’expérimentation a pu rapidement se mettre en place. Nos équipes ont juste dû vider la cuve de diesel et la remplacer par le B100. Aujourd’hui, c’est à que les trains doivent faire leur plein, puisque c’est pour l’instant la seule gare où la station-service est alimentée en biocarburant. Nous avons voulu être simple et pragmatique pour trouver des solutions vertes et rapides : le B100 est l’idéal pour la transition énergétique que souhaite la .

Quels sont les coûts de cette expérimentation sur la ligne Paris-Granville et comment est-elle financée ?

Je ne peux pas vous communiquer un chiffre exact, mais sur cette expérimentation le coût est relativement bas puisque nous n'avons commandé qu’un faible volume de biocarburant pour ass[...]

Lire la suite sur challenges.fr