La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    48 189,27
    -3 951,73 (-7,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    +0,0056 (+0,41 %)
     

Le trafic bien rodé et très lucratif des médicaments anti-cancer

·2 min de lecture

Un trafic de médicaments anti-cancer a été démantelé la semaine dernière. 15 personnes ont été arrêtées et 400.000 euros de médicaments ont été saisis par les forces de l’ordre. Pour les escrocs qui exportent ensuite ces traitements vers l’étranger, ce nouveau business est très lucratif. Et le mode opératoire est bien rodé.

C’est un nouveau "marché" sur lequel se sont lancés les escrocs : le trafic de traitements anti-cancéreux. Le mode opératoire est très bien rodé et le phénomène explose depuis environ un an. Les hôpitaux et les pharmacies multiplient les signalements. En France, on en compte désormais plus de 800.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Le mode opératoire est toujours le même. D’abord, une petite main, un collecteur recruté via le réseau social Snapchat, se rend dans une pharmacie n’importe où en France pour récupérer une boite d’un médicament anticancéreux prescrit sur ordonnance falsifiée. un médicament qui peut valoir très cher, jusqu'à 7.000 euros la boite, comme pour ce faux patient entré dans la pharmacie bordelaise de Pierre à la mi-janvier : "il avait entre 25 et 30 ans. Il était tranquille, il avait juste une canne, rien d’exceptionnel", décrit le pharmacien.

Repéré grâce au dossier pharmaceutique

"Je lui ai demandé si c’était la première fois qu’il avait ce traitement. Il m’a répondu oui et grâce à certains outils que nous avons, comme le dossier pharmaceutique, j’ai pu voir que les semaines précédentes, il avait déjà eu plusieurs délivrances de ce même traitement. Pour faire une vérification, j’ai appelé l’hôpital et ils m’ont dit qu’il y avait des falsifications sur ces ordonnances-là et c’était une fausse. C’était une ordonnance envoyée par mail", poursuit le pharmacien. "Sur des médicaments qui coutent aussi chers, ce sont des choses assez r...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :