La bourse est fermée
  • Dow Jones

    30 661,00
    -436,26 (-1,40 %)
     
  • Nasdaq

    11 188,08
    +60,24 (+0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    26 423,47
    +269,66 (+1,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,0259
    -0,0166 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    21 853,07
    +22,72 (+0,10 %)
     
  • BTC-EUR

    19 208,84
    -313,80 (-1,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    426,07
    -13,96 (-3,17 %)
     
  • S&P 500

    3 791,38
    -33,95 (-0,89 %)
     

Tractations européennes pour de nouvelles sanctions contre la Russie

VIACHESLAV RATYNSKYI

Les 27 tentent de trouver un accord sur de nouvelles sanctions à l'encontre de la Russie, alors que s'ouvre un sommet européen ce lundi 30 mai à Bruxelles.

Les représentants des Vingt-Sept examinaient dimanche 29 mai une solution pour tenter de lever le blocage sur leur sixième paquet de sanctions contre Moscou, qui achoppe sur un projet d'embargo progressif sur le pétrole russe, afin de ne pas parasiter le sommet européen lundi 30 mai à Bruxelles.

"Caillou dans la chaussure", "éléphant dans la pièce": les Européens redoutent que l'absence d'accord sur ces nouvelles sanctions ne jette une ombre sur la réunion de deux jours des chefs d'Etat et de gouvernement en début de semaine.

Lire aussi

D'autant plus que le président ukrainien Volodymir Zelensky doit intervenir au début du sommet par visioconférence et que Kiev met la pression sur les Occidentaux pour "tuer les exportations russes" après trois mois d'offensive.

Cette nouvelle salve de sanctions est bloquée par la , pays enclavé sans accès à la mer, et qui dépend pour 65% de sa consommation du pétrole acheminé de Russie par l'oléoduc Droujba. Les sanctions de l'UE requièrent l'unanimité des Vingt-Sept.

Tensions avec Budapest

Budapest a rejeté la proposition d'une dérogation de deux années qui lui a été offerte, et a réclamé au moins quatre ans et près de 800 millions d'euros en financements européens pour adapter ses raffineries. Dans un contexte où le plan de relance post-Covid de Budapest reste bloqué par Bruxelles en raison de manquements à l'Etat de droit en Hongrie, il paraîtrait difficile de lui accorder des fonds européens.

La Slovaquie et la République tchèque, également approvisionnées par l'oléoduc Droujba, ont accepté quant à elles des dérogations respectives de deux ans et un an et demi, selon des sources diplomatiques.

Proposition de la présidence française

La solution examinée consisterait à exclure Droujba de l'embargo pour limiter les sanctions aux seuls approvisionnements de pétrole par bateau, selon des sources européennes. Les approvisionnements de pétrole russe à l'UE sont acheminés pour deux-tiers par tankers et pour un tiers par l'oléoduc Droujb[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles