La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 600,74
    +875,23 (+3,05 %)
     
  • Nasdaq

    10 865,98
    +290,37 (+2,75 %)
     
  • Nikkei 225

    26 215,79
    +278,58 (+1,07 %)
     
  • EUR/USD

    0,9813
    +0,0012 (+0,12 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • BTC-EUR

    19 970,14
    +159,68 (+0,81 %)
     
  • CMC Crypto 200

    444,80
    +9,45 (+2,17 %)
     
  • S&P 500

    3 693,16
    +107,54 (+3,00 %)
     

Et si des traces de vie sur Mars étaient juste sous la surface ?

Mars est aujourd’hui si hostile qu’il paraît inimaginable d’y trouver des indices d’une ancienne vie à sa surface. Pourtant, il suffirait peut-être de creuser quelques centimètres pour y détecter, si elles existent, des traces encore préservées.

Pendant que Perseverance continue d’arpenter en solitaire les environs du cratère Jezero sur Mars, les travaux continuent un peu plus près de chez nous pour l’aider dans sa mission. Une étude parue le 7 septembre 2022 dans Science Advances a cherché à savoir si un des instruments embarqués sur le rover, le spectromètre Raman, était bien capable de détecter des biosignatures, c’est-à-dire d’anciennes traces de vie, si jamais il venait à les observer.

« L’environnement sur Mars est très hostile, raconte à Numerama le principal auteur Mickaël Baqué, du German Aerospace Center à Berlin. Les molécules sont soumises à beaucoup de stress à cause des radiations, et nous voulions savoir à quel point elles étaient affectées. » L’enjeu est grand, puisque Perseverance possède deux instruments, placés sur sa caméra SuperCam et au bout de son bras SHERLOC, qui sont munis de spectromètres Raman censés pouvoir les détecter.

Cette technologie a un avantage dans ce domaine : elle n’abime pas les matériaux qu’elle doit analyser. La spectroscopie infrarouge (classique) fait vibrer les molécules en les chauffant, afin de révéler la composition d’un objet, ce qui revient parfois à détruire les molécules les plus fragiles.

[Lire la suite]