Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 451,49
    -260,72 (-0,67 %)
     
  • Nasdaq

    17 623,86
    +15,42 (+0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    38 720,47
    -156,24 (-0,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,0752
    -0,0063 (-0,58 %)
     
  • HANG SENG

    18 112,63
    +174,79 (+0,97 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 984,94
    -2 913,72 (-4,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 411,80
    -1,15 (-0,08 %)
     
  • S&P 500

    5 413,24
    -7,79 (-0,14 %)
     

« Une traçabilité de A à Z » : Agnès Firmin Le Bodo donne des précisions sur le projet de loi sur « l’aide active à mourir »

©ERIC DESSONS/JDD/SIPA

Dans un entretien accordé au « Journal du dimanche » publié ce 21 mai, Agnès Firmin Le Bodo, la ministre déléguée chargée de l’organisation territoriale et des professions de santé, a annoncé qu’elle portera le futur projet de loi autorisant l’aide active à mourir. Et, elle a donné quelques précisions.

Le 9 mai dernier, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) s’était prononcé en faveur d’une évolution de la loi sur la fin de vie en préconisant « l’aide active à mourir », tout en renforçant les moyens des soins palliatifs. De son côté, le ministre de la Santé, François Braun, avait confié dans le journal « Le Monde » ne pas être favorable à une loi sur « l’aide active à mourir » et avait jugé que la priorité devait être le renforcement du cadre existant. C’est donc Agnès Firmin Le Bodo, la ministre déléguée auprès de la santé et de la prévention, chargée de l’organisation territoriale et des professions de santé, qui a annoncé ce dimanche 21 mai, dans le « Journal du Dimanche », qu’elle pilotera ce futur projet de loi. Elle a alors donné quelques précisions.

Lire aussi >> 109 personnalités demandent l’évolution de la loi

Un projet de loi composé de « trois blocs »

Selon la ministre, il « semble essentiel de pouvoir suivre tout le processus ». « Nous devons assurer une traçabilité de A à Z (…) Pour des raisons médico-légales bien sûr. Mais aussi pour établir combien de personnes ont eu accès à ce nouveau droit chaque année et dans quelles conditions », a-t-elle affirmé. Ce projet de loi « comprendra trois blocs : aide active à mourir, soins palliatifs et droits des patients ». En avril dernier, Emmanuel Macron avait annoncé qu’il souhaitait un projet de loi sur la fin de vie...

PUBLICITÉ

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi