La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 805,70
    +1 723,14 (+3,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

La très belle opération financière de l’ex-président de Suez

·1 min de lecture

C'est un énorme coup, mais surtout un énorme jackpot que viendrait d'empocher Gérard Mestrallet, l'ancien patron de Suez. Comme le rapporte BFM Business, l'homme qui avait été embauché avec la société Equanim afin de résoudre un conflit ouvert entre son ancienne entreprise et Veolia, aurait touché le gros lot. Pour cela, il a réglé le conflit entre les deux sociétés concurrentes en six jours en tant que médiateur. C'est au sein de la société Equanim, spécialisée dans ce genre de litiges, qu'il a œuvré. Et cela s'est avéré fructueux, car selon BFM Business qui cite des sources au sein de Veolia et Suez, Gérard Mestrallet et Equanim toucheraient la modique somme de 10 millions d'euros. Un chiffre qui a été évidemment contesté par les deux intéressés, mais également par Suez et Veolia qui mettent en avant des accords de confidentialité.

Mais cet arbitrage ne fait pas que des heureux, à l'image des nombreuses banques travaillant sur le litige depuis plusieurs mois. Jean-Marie Messier, par exemple, toucherait 22 millions d'euros selon BFM, "pour avoir ramené toute l'OPA depuis un an". On s'agace aussi dans les deux sociétés, alors que Gérard Mestrallet n'a travaillé que six jours dessus.

>> A lire aussi - Veolia - Suez : les syndicats réclament la “remise à plat” de l’accord, “dans l’impasse”

Surtout, les conclusions de cet arbitrage ne plaisent pas au sein de Suez, entreprise dans laquelle il a travaillé pendant 25 ans. Son directeur général aurait aimé que la dimension "internationale" (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

À la découverte de Solana, l'écosystème crypto qui monte : au programme de la newsletter 21 Millions
Licenciée pour s’être soulagée dans un champ, une conductrice saisit la justice
La CPME craint le rebond des défaillances d'entreprises, “dans une fragilité extrême”
Son Uber finit dans un canal, mais la passagère doit quand même payer la course
L'activité du Groupe ADP, clouée au sol par la crise, plonge de 50% en 2021